Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités pour les professionnels de la Sûreté et de la Sécurité

 

FABRICANTS. CASD et l’AN2V lancent une formation


Publié le 23 févr. 2021 10:56:46

 

Les VMS sont aujourd’hui au cœur des installations de vidéoprotection. Pour aider leurs utilisateurs à maîtriser ces outils et leurs fonctionnalités, l’AN2V et CASD ont collaboré pour élaborer conjointement un programme de formation destiné aux utilisateurs ou futurs utilisateurs du logiciel VisiMAX, le VMS de CASD. Cette formation vise à offrir une approche très complète et globale aux futurs utilisateurs, prenant en compte les éléments d’architecture, de dimensionnement ainsi que des fondamentaux indispensables comme les aspects humains, organisationnels, financiers, juridiques, éthiques et techniques.

Pour les utilisateurs déjà familiarisés avec VisiMAX, cette formation sera l’occasion d’évaluer et de mettre à jour leurs compétences afin d’optimiser la gestion du logiciel déjà déployé dans un système existant.

Cette formation, proposée en présentiel aura lieu les 17 et 18 mars prochains à la CCI du Vaucluse et les 23 et 24 mars à Veurey-Voroize (38). Elle sera reconduite avec deux sessions de deux jours : les 3 et 4 novembre à Veurey-Voroize et les 24 et 25 novembre à la CCI du Vaucluse.

  • Programme complet et inscription : www.casd.fr et www.an2v.org
  • Contact : Marie Lampreia

Tél. : 06 24 77 07 47

ml@an2v.org

 

En 2018, le Club des directeurs de sécurité des entreprises (CDSE) avait mené la première phase d’une étude sur les métiers de la filière sécurité-sûreté corporate (SCC). Etude qui avait mis en évidence quelques constats intéressants dont vous pouvez lire un compte-rendu ici.

Le CDSE a rendu public, ce matin, la seconde partie de cette étude qui vient affiner les constats de la première.
Ainsi, l’étude confirme l’attractivité de la filière SSC pour les professionnels issus du régalien et pour les cadres d’entreprise, avec une rémunération globalement supérieure au marché* de 4 % à 15 %. Autre constat : la filière doit encore se féminiser. Ainsi, les seuls métiers féminisés à plus de la moitié (57 %) se situent à l’échelon de la « Veille-Analyse-Suivi », alimenté par des professionnels qui entrent dans la filière en tant que jeunes diplômés et via la mobilité interne de cadres d’entreprise, pour lequel les rémunérations restent au niveau du marché.

Plafond de verre
Par ailleurs, le phénomène de « plafond de verre » y est par ailleurs plus marqué qu’au sein d’autres filières métiers, en raison notamment d’un manque de reconnaissance des formations théoriques par rapport à une expérience régalienne. La filière doit donc renforcer les parcours de formation technique dédiés afin de développer l’expertise et favoriser des parcours de carrière intégrant des mobilités externes.

Enfin, les directions Sécurité-Sûreté en entreprise doivent poursuivre la professionnalisation de leurs équipes et renforcer leur capacité de leadership pour affronter des défis de plus en plus complexes. Par ailleurs, un travail important de communication et de valorisation de ces métiers doit être mené.

* Marché toutes filières de métiers, à grading équivalent.
© Getty Images

 

Intégrateurs. Sogetrel repris par ses managers


Publié le 10 févr. 2021 07:46:00

 

Annoncée fin novembre 2020, la reprise à Latour Capital de l’intégrateur en sécurité électronique Sogetrel (760 millions d’euros de CA, contre 250 millions en 2015) par son management a été finalisé, avec pour corollaire, son indépendance capitalistique.

Présent au capital de Sogetrel depuis 2018, Latour Capital, accompagné de Bpifrance, de BNP Paribas Développement et de Paluel-Marmont Capital a notamment permis au Groupe de réaliser cinq acquisitions, d’investir dans la digitalisation du Groupe et de développer l’offre de services de Sogetrel sur ses marchés (retail, la défense, le transport, l’industrie ou les services).

Pour les accompagner dans cette opération, les 120 managers-actionnaires de Sogetrel ont choisis de nouveaux partenaires financiers via un consortium d’investisseurs mené par Andera Partners et composé de Luxempart, Capza via le fonds Capza Mid Cap Expansion, BNP Paribas Développement et IDIA Capital Investissement, via le fonds LCL Croissance.

Le plan stratégique de Sogetrel sera de capitaliser sur ses excellents résultats de ces dernières années et de poursuivre son fort développement sur ses marchés en pleine expansion des infrastructures digitales et des objets connectés. Ce que confirme Xavier Vignon (notre photo), son président : « En cinq ans, Sogetrel a su s’imposer comme le leader des services aux infrastructures digitales en France. Cette opération va permettre d’étendre ce leadership tout en surfant sur les formidables opportunités offertes par la Smart City, les objets connectés et de façon générale, la poursuite de la digitalisation des entreprises et des services. »

 

La société, spécialisée dans l’hypervision et dirigée par Naoufal El Ouali, engrange les succès. Fort développement à l'international et plusieurs projets en cours, en France. Notamment dans des villes de taille moyenne.

• PSM : Pouvez-vous nous présenter votre société Axone Systems ? Et les marchés sur lesquels elle se positionne ?
Naoufal El Ouali : Axone Systems (lien1) a été créée en 2012. Aujourd’hui, elle est organisée sous la forme d’un groupe, qui emploie 45 personnes, constitué de deux entreprises : Axone proprement dit, et Obvious Technologies (lien2), spécialisée dans la 3D et dirigée depuis 2019 par Thierry Orosco qui avait rejoint le groupe en 2017. Nous sommes à présent très bien implantés à l’international avec des filiales et des équipes en Algérie, au Qatar, et dans d’autres pays du Moyen-Orient. En 2017, pour accompagner et approfondir le développement de nos solutions, nous avons créé un pôle R&D et recruté deux docteurs en IA pour travailler sur la réalité augmentée, la géolocalisation in-door, le big data et leurs possibles applications dans les métiers de la sécurité-sûreté. Notre démarche vise à concevoir des outils ultra-technologiques pour aider et améliorer la gestion opérationnelle des problématiques sécurité et des personnels sur le terrain.

• PSM : Où en êtes-vous de votre développement sur le marché français ? À l’export ?
Naoufal El Ouali : La société se développe et nous avons remporté de beaux contrats auprès de grands comptes nationaux, mais aussi sur des sites critiques, dans les villes ou auprès d’OIV. À l’international, nous continuons à engranger les succès. Après avoir décrocher le contrat de la ville de Miami, aux États-Unis, nous avons aussi fourni notre solution à l’aéroport de Doha (Qatar) où nos outils permettent de gérer plusieurs dizaines de milliers de caméras. Nous avons aussi équipé une partie de la ville de Doha. Ces déploiements sont très importants pour nous car s’ils permettent à nos utilisateurs d’améliorer la gestion de leur sécurité, ils nous offrent la possibilité de progresser, de développer nos outils, leur efficacité. Notre logiciel 3D est aujourd’hui capable de gérer un million d’événements à la seconde.

• PSM : Comment expliquez-vous les raisons de votre succès ?
Naoufal El Ouali : Nous avons toujours veillé à concevoir des outils simples à utiliser malgré leur technicité. Nous nous sommes fortement inspirés de l’univers du « gaming » pour proposer aux utilisateurs et aux opérateurs sur le terrain des solutions très intuitives, intégrées dans des environnements proche de ceux du jeu vidéo.

• PSM : Quels sont vos projets pour les mois et les années qui viennent ?

• Axone en bref
- Un groupe créé en 2012 et deux sociétés : Axone Systems et Obvious Technologies.
- 45 collaborateurs.
- Un spécialiste de l'IT, de l’analyse d'image et de données, de la vidéosurveillance et de la gestion en temps de réel des problématiques urbaines et de sécurité.

> Retrouvez l’intégralité de cet entretien dans le dernier PSM 263 (janvier-février 2021).

 

Télésurveillance. ESI rejoint le groupe Vitaprotech


Publié le 10 févr. 2021 07:36:12

 

Avec le rachat d’ESI, le groupe Vitaprotech se renforce sur le marché de la télésurveillance et la vidéo protection. Fondé en 1999, ESI (European Systems Integration) développe des solutions logicielles pour les métiers de la télésurveillance, de la vidéo protection, de la téléassistance, des postes de contrôle et centres d’appel à la pointe de l’innovation pour une sécurité unifiée. Le groupe ESI réalise un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros et emploie plus de 70 collaborateurs, dont plus de 50 % sont des ingénieurs R&D basés en France. Avec d’importantes ressources d’ingénierie, il a su intégrer des solutions multiprotocoles anti-intrusion et alarmes vidéo permettant aux clients de s’interfacer avec plus de 150 protocoles vidéo et 250 protocoles de réception d’alarmes.

De réelles synergies existent entre les deux sociétés. Comme le confirme Eric Thord (notre photo), président du Groupe Vitaprotech : « ESI est un précurseur de l’analyse vidéo intelligente permettant d’optimiser et de fiabiliser la productivité des opérateurs. Ces technologies d’intelligence artificielle sont très complémentaires des technologies utilisées par les entreprises du groupe comme Recas et Videowave au Canada. »