Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités pour les professionnels de la Sûreté et de la Sécurité

 

Contrôle des frontières. Beau contrat pour Zetes


Publié le 13 janv. 2021 14:50:00

 

Zetes a été choisie pour concevoir et réaliser la nouvelle solution de contrôle des frontières capverdiennes. La solution de contrôle des frontières de Zetes comprend un système de pré-enrôlement pour la taxe de sécurité aéroportuaire et la délivrance de visa en ligne (système

d'information concernant les voyages ou ETS) ainsi que 11 portiques électroniques Panasonic avec fonctionnalité de reconnaissance faciale. La solution est intégrée avec les listes de surveillance nationale et internationale, les informations préalables sur les passagers (API), etc.

À l’occasion de l’annonce de ce contrat, Alain Wirtz, PDG de Zetes, a déclaré : « Depuis l'acquisition de Zetes par Panasonic en 2017, nous étudions les possibilités de synergie entre les deux sociétés. Nous sommes ravis de cette première mise en œuvre des portiques électroniques de Panasonic, qui s'appuient sur un moteur de reconnaissance faciale très performant, également employé dans sept aéroports au Japon. »

 

Cet Observatoire de la protection des entreprises en France, lancé en partenariat avec l’institut

d’études international Harris Interactive, s’est donné pour mission d’observer sous tous

les angles un secteur de la sécurité privée en pleine mutation. D’ailleurs, un premier dispositif d’étude barométrique a été lancé en 2020.

L’Observatoire organisera aussi un rendez-vous annuel, qui vise à mesurer les évolutions sociétales et les attentes des entreprises dans le temps. Et ce afin de :

  • Comprendre les risques, les besoins et les attentes des entreprises en France en matière de protection.
  • Apporter un éclairage objectif et accompagner les entreprises, les partenaires et les acteurs publics dans la compréhension de ces évolutions.
  • Contribuer à anticiper ces mutations, engager des échanges et développer des réflexions.

« En publiant l’Observatoire de la protection des entreprises en France, notre objectif est d’être utiles à toutes les parties prenantes pour faire progresser le marché de la sécurité privée. Créer cet organe d’étude et de veille en partenariat avec Harris Interactive est pour nous l’opportunité d’éclairer au mieux les experts de la sécurité privée », explique Luc Guilmin (notre photo), président de Securitas France.

 

Trophées de la Sécurité. Tout sur l’édition 2021


Publié le 13 janv. 2021 14:46:18

 

Comme de nombreux événements, les Trophées de la Sécurité ont connu bien des vicissitudes l’année dernière. Covid oblige. Initialement prévus le 23 novembre 2020, la grande soirée de gala aura finalement lieu le 27 septembre prochain, au Théâtre de la Madeleine, à Paris. Le grand oral pour les candidats étant quant à lui prévu pour le 7 septembre.

  • Contact : Margaux Cabril

06 32 75 73 57

m.cabrol@republik-mdc.fr

 

Le géant britannique de la sécurité aurait accepté l’offre de rachat de l’Américain, fermant ainsi la porte aux espoirs du Canadien GardaWorld.

4,2 milliards d’euros. Ce serait donc le montant de l’offre faite par Allied Universal Security Services pour le rachat de G4S. Offre qui aurait été acceptée par les actionnaires du Britannique, mettant ainsi un terme à un épisode qui avait vu s’affronter les ambitions d’Allied et de GardaWorld.

Rappelons que G4S est un très gros morceau dans le monde de la sécurité et l’un des plus gros employeurs du monde puisque le groupe fait travailler plus de 530 000 personnes qui, associées aux effectifs d’Allied Universal Security Services, donneraient naissance à un géant employant plus 750 000 collaborateurs !

GardaWorld battu

Le Canadien GardaWorld (102 000 salariés) était donc sur les rangs. Mais son offre, inamicale, n’a pas convaincu les actionnaires de G4S qui jugeaient, rappelons-le, que l’offre de l’entreprise dirigée par Stéphan Crétier sous-évaluait « considérablement » G4S. Pour tenter de se relancer, GardaWorld avait revu à la hausse son offre. Mais sans convaincre G4S, qui dans un communiqué avait souligné que l’offre d’Allied Universal Security Services était, quant à elle, « juste et raisonnable ».

Voilà qui devrait clore un dossier évidemment rendu possible par les difficultés qu’a connues G4S depuis son échec retentissant lors des Jeux olympiques de Londres de 2012, où faute de pouvoir déployer sur le terrain les effectifs nécessaires à la sécurisation de l’évènement planétaire, la société avait vu sa défaillance suppléée par le gouvernement britannique et ses forces armées...

 

Contrôle d’accès. iLOQ collabore avec Cellnex Telecom


Publié le 16 déc. 2020 11:51:00

 

iLOQ est désormais un des fournisseurs prioritaires de contrôle d’accès du géant des télécoms Cellnex. La collaboration a déjà commencé et les déploiements ont déjà été lancés depuis le deuxième trimestre 2020.

Implanté en Italie, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en France, en Suisse, en Irlande, au Portugal et en Espagne, Cellnex Telecom est l’un des principaux opérateurs d’infrastructure de télécommunications sans fil en Europe et le deuxième opérateur de tours de télécommunications au monde. Par ailleurs, Cellnex développe des solutions pour des projets de « ville intelligente », qui permettent d’optimiser les services publics, faciliter la gestion municipale, et jouer un rôle significatif dans le déploiement de réseaux de sécurité et d’urgence pour les forces de sécurité.

Installations vitales

Conçu spécifiquement pour les installations vitales d’une infrastructure, iLOQ S50 est une solution sans clé. L’énergie nécessaire au déverrouillage provient d’un smartphone, utilisant l’application mobile iLOQ S50. Les droits d’accès peuvent être mis à jour à distance, en temps réel et plusieurs sites peuvent être facilement regroupés sur une seule plateforme logicielle sécurisée, basée sur le cloud. iLOQ S50 est également une solution sans batterie. Cela aidera Cellnex à réduire les coûts de maintenance, à éliminer le gaspillage des batteries et à minimiser l’impact environnemental des déplacements entre les sites et les bureaux administratifs pour mettre à jour les droits d’accès.