Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités pour les professionnels de la Sûreté et de la Sécurité

 

Publi Information

CONTROLE D’ACCES. iLOQ lance son nouveau Portail Support


Publié le 24 mars 2021 09:55:00

 

Le fabricant finlandais de solutions de contrôle d’accès et de verrouillages électroniques sans batterie iLOQ, ouvre un nouveau « Portail Support dédié ». La plateforme est accessible à tous les clients et partenaires iLOQ, directement via le site internet support.iLOQ.com.

> Le contenu disponible 24h/24 et 7j/7, comprend des :

  • Articles/vidéos tutoriels sur l’installation et l’utilisation des produits iLOQ.
  • Fiches techniques & manuels.
  • Logiciels iLOQ Manager téléchargeables.
  • L'application à distance TeamViewer téléchargeable, afin que l’équipe Support puisse vous aider en direct sur votre écran.

Le contenu du Portail Support iLOQ est disponible dans huit langues : anglais, danois, néerlandais, finnois, français, allemand, norvégien, espagnol et suédois.

 

Rémunération, référentiel métiers, démographie des cadres de la filière sécurité-sûreté corporate, niveau d’études, positionnement dans l’entreprise… les résultats de la dernière étude du CDSE sur les métiers de la sécurité-sûreté corporate (SSC) en entreprises sont riches d’enseignements « Cette étude, résultat d’un très gros travail, nous apprend beaucoup de choses sur les réalités que recouvrent aujourd’hui les directions sûreté dans les entreprises, souligne Fabienne Louvet (notre photo), présidente de la commission carrière emploi formation du CDSE (Club des directeurs de sécurité des entreprises). Ainsi, la fonction sécurité et sûreté corporate (dont la mission est la protection des personnes, des biens matériels et immatériels de l’entreprise) a connu, ces dernières années, un essor considérable. Elle existe maintenant dans la grande majorité des entreprises. Cependant, cette existence recouvre des réalités différentes d’une entreprise à l’autre, d’une organisation à l’autre. Il n’existe pas de direction SSC type. »

Une filière métier qui s’est structurée

La direction SSC a enfin trouvé sa place dans les entreprises. Elle est, dans 74 % des cas, rattachée à la direction générale ou au secrétariat général. Il apparaît également que les métiers et compétences des membres de cette direction se sont structurés et ont gagné en cohérence. À tel point que l’étude du CDSE fait apparaître un vrai référentiel des métiers de la SSC, métiers répartis en douze fonctions. « L’élaboration de ce référentiel est un des grands apports de cette étude, insiste Fabienne Louvet. Il fait apparaître une cartographie à plusieurs niveaux de ces métiers avec des postes, missions et apports différents à la fonction SSC. » Les niveaux évoqués par la représentante du CDSE sont les suivants : un niveau gouvernance pilotage, un niveau expertise conseil déploiement, un niveau veille analyse et suivi. Et un niveau opérationnel au niveau des entités (filiales, pays, régions, etc., partie intégrante du modèle SSC).

Des métiers attractifs

Par ailleurs, ces professions se caractérisent par des niveaux de rémunération attractifs, globalement 4 % au-dessus du marché toutes filières de métiers, et 15 % pour les directeurs*. En outre, et ce ne sera une surprise pour personne, l’alimentation de la filière provient principalement des institutions et services de l’État (dans 54 % des cas), et l’évolution de carrière s’effectue ensuite au sein de la filière, jusqu’au poste de directeur.

Autre constat : il s’agit de professions à forte dominance masculine. Puisque seulement 17 % des postes sont occupés par des femmes. Un manager de la SCC a en moyenne 49,8 ans, occupe son poste depuis un peu moins de 10 ans (9,7 ans exactement).

D’une manière générale, ces métiers sont occupés par des diplômés de haut niveau. 71 % d’entre eux ont un niveau Master et plus, et 62 % justifient d’un double diplôme.

> 3 questions à Fabienne Louvet, présidente de la commission carrière emploi formation du CDSE.

  • Quels sont les enseignements à retenir de cette étude du CDSE ?

La fonction SSC a gagné en visibilité dans les entreprises et organisations. Les crises que nous avons traversées ces dernières années y ont participé. Ne serait-ce que la crise sanitaire qui a été l’occasion, pour un certain nombre de directions générales, de prendre conscience qu’elles avaient à leur disposition des professionnels de la gestion de crise. Cette étude montre que malgré ce gain en visibilité les directions sûreté corporate ne sont pas toutes logées à la même enseigne. Et leur positionnement, leur influence varieront selon la posture que la DG prendra sur le sujet de la sûreté-sécurité. Notamment en trouvant le juste équilibre entre la direction SSC, dont le rôle est de piloter la sécurité globale de l’entreprise et d’accompagner sa direction générale en business partner, et les directions sécurité-sûreté d’entités (régions, pays, sites), relais opérationnels au niveau local de la direction sécurité-sûreté corporate. Cette étude révèle aussi l’attractivité de cette filière – avec des rémunérations plutôt supérieures à la moyenne – qui est aujourd’hui perçue comme une fonction stratégique, au coeur des enjeux de l’entreprise, et assez proche de sa gouvernance. Les entreprises ont compris que la sûreté était un avantage concurrentiel ou participait même, dans certains cas, à l’image de l’entreprise. À l’instar du tourisme, de l’hôtellerie ou de l’agroalimentaire.

  • Que dire de la place des femmes dans ces métiers encore à très forte majorité masculine ? […]
  • Retrouvez l’intégralité de cet entretien dans PSM 264 (mars-avril 2021).

* Marché toutes filières de métiers, à grading équivalent.

 

CONTRÔLE D’ACCÈS. Idemia rejoint Spac


Publié le 10 mars 2021 10:23:16

 

« Idemia s’est imposé comme le leader de “l’identité augmentée”, explique Nicolas Raffin (notre photo), vice-président marketing en charge de la division terminaux biométriques chez Idemia. Nous concevons, développons et fabriquons une très large gamme de solutions qui vont du contrôle d’accès biométrique aux documents d’identité, en passant par les moyens de paiement, les systèmes de contrôle d’identité aux frontières, etc. En matière de contrôle d’accès, le badge d’identification est sans doute un “must have” auquel les directeurs sécurité sont attachés : mais il peut être cloné et volé. La biométrie permet de se prémunir efficacement contre ces risques. Pour cela, nous proposons une gamme de terminaux biométriques. »

Le leader du contrôle d’accès biométrique

Partant de ce constat, Idemia veut porter la bonne parole en matière de contrôle d’accès biométrique également en France. « On entend souvent dire que le développement et le déploiement des systèmes biométriques sont bridés, en France, par des contraintes réglementaires, poursuit Nicolas Raffin. Ce n’est pas tout à fait vrai. La biométrie n’est pas en soi interdite par la Cnil, c’est sa justification et les conditions de son déploiement qui doivent respecter certains principes. Sur notre site de La Défense, nous avons installé, en accord avec les règlements encadrant en France la biométrie, nos propres terminaux de contrôle d’accès biométriques utilisés au quotidien par nos collaborateurs. »

Le Français a même fait de son siège social une des vitrines du contrôle d’accès biométrique puisqu’il y reçoit quotidiennement des utilisateurs, intégrateurs ou installateurs. Le vice-président marketing conclut : « Ces débats autour du contrôle d’accès, des technologies employées, de leur sécurisation… sont autant de raisons qui nous ont conduits à rejoindre Spac*. »

> 2 questions à Nicolas Raffin, vice-président marketing chez Idemia

  • Pourquoi avoir décidé de rejoindre le groupement Spac ?

La création de Spac et les travaux qu’il mène vont dans le bon sens et répondent aux attentes du monde du contrôle d’accès. Par exemple, le fait de vouloir promouvoir le protocole SSCP**, comme une alternative au protocole américain OSDP***, est une bonne chose. Spac, par ailleurs, s’est donné pour objectif de porter le savoir-faire français et européen en matière de contrôle d’accès. Un leader comme Idemia, qui fabrique ses lecteurs en France sur notre site près de Rouen, se devait donc de soutenir cette initiative et de participer aux travaux des groupes de travail du Spac.

  • La biométrie, souvent décriée, est-elle l’avenir du contrôle d’accès tel que l’entend Idemia ? […]
  • Retrouvez l’intégralité de cet entretien dans PSM 264 (mars-avril 2021).

* Smart Physical Access Control.

** STid Secure Common Protocol

*** Open Supervised Device Protocol

 

INCENDIE. Maple Armor prend le contrôle de Finsecur


Publié le 10 mars 2021 10:21:00

 

En septembre dernier, le spécialiste français de la lutte contre l’incendie passait sous contrôle chinois. En l’occurrence : celui de de Jade Bird Fire. Finsecur avait en effet annoncé avoir effectué une levée de fonds de 24 millions d’euros (soit un peu plus de 52 % du capital), auprès du Chinois Jade Bird Fire. Cette opération, qui s’accompagnait d’une reprise de dettes, valoriserait Finsecur à 89 millions d’euros. Concrètement, c’est la filiale canadienne de Jade Bird Fire, Maple Armor qui intègre désormais Finsecur.

Fondée en 2000, Finsecur conçoit et développe des solutions installées sur des sites prestigieux comme l’aéroport Charles de Gaulle à Roissy, où est installé un réseau composé de plusieurs panneaux d’alarme incendie avec un centre de commandes informatisé reliant 3120 détecteurs.

 

Sécurité aéroportuaire. Bahreïn choisit Thales


Publié le 10 mars 2021 10:18:00

 

Thales, spécialiste des solutions intégrées de télécommunications et de sécurité pour les infrastructures critiques, a livré avec succès la phase 1 du nouvel aéroport international du Bahreïn, dans le cadre d’un important projet de modernisation. L’extension de l’aéroport international du Bahreïn, réalisée en deux temps, couvre 210 000 m², soit quatre fois la superficie du terminal existant. Sa capacité sera désormais de 14 millions de passagers par an.

Présent dans le Royaume depuis plus de trente ans, Thales a fourni une solution intégrée couvrant la sécurité, la sûreté, les opérations aéroportuaires, mais aussi les communications et l’infrastructure pour le terminal de l’aéroport international du Bahreïn, ses parkings et son pôle central de services. Ces technologies s’appuient sur la sécurité intelligente, notamment des solutions modulaires comme l’analyse vidéo, la détection des situations ou comportements anormaux, la gestion intelligente des incidents et des outils de gestion des ressources.

Photo d’illustration © Getty Images