Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités pour les professionnels de la Sûreté et de la Sécurité

 

Sécurité privée. 15 entreprises lancent l’OPSE


Publié le 13 nov. 2019 10:51:00

 

La sécurité des événements sportifs, culturels, des foires et salons ou encore des événements d’entreprise repose aujourd’hui très largement sur les entreprises de sécurité spécialisées dans l’événementiel. Afin de promouvoir leur savoir-faire et de peser dans le débat public, des PME et ETI françaises, spécialistes de ces activités, ont choisi de se regrouper afin de constituer l’Organisation des Professionnels de la Sécurité Événementielle (OPSE).

Leur constat est unanime, la profession, telle qu’ils la pratiquent et telle que celle-ci est reconnue par leurs clients est menacée, compte-tenu notamment de :

• La réglementation en vigueur et de ses évolutions inadaptées aux contraintes de nos activités ;

• L’intérêt opportuniste, en raison des grands événements à venir, porté au secteur par des acteurs non-spécialisés.

Promouvoir un savoir-faire spécifique

Domaine particulier dans le secteur global de la sécurité, la sécurité événementielle nécessite des aptitudes spécifiques, une forte réactivité et une réelle faculté d’adaptation compte tenu des risques spécifiques liés notamment au terrorisme, à l’accueil de populations sensibles ou encore à la gestion de flux.

L’activité événementielle requiert une véritable capacité à produire la sécurité d’un événement, sous les ordres d’un client, conjointement avec d’autres entreprises et en synergie permanente avec les forces de l’ordre. Elle nécessite ainsi une organisation dédiée en matière de ressources humaines, d’encadrement, de formation et de moyens technologiques innovants et logistiques.

Malgré ses spécificités et sa forte exposition, l’activité de sécurité événementielle ne disposait pas jusqu’alors d’une organisation professionnelle propre, capable de représenter les intérêts des nombreuses PME et ETI de ce secteur spécifique, fortes d’une forte implantation locale, régionale ou nationale.

C’est pourquoi une quinzaine d’entrepreneurs, intervenant lors des plus grands événements et protégeant chaque année plusieurs dizaines de millions de spectateurs/visiteurs sur l’ensemble du territoire national, ont choisi de se rassembler et de fonder l’OPSE.

Répondre aux grands enjeux de la sécurité des événements

L’ambition de l’organisation est de réunir et fédérer l’ensemble des entreprises de sécurité événementielle, porteuses de valeurs de probité, d’excellence opérationnelle et de proximité, afin de se positionner comme un interlocuteur central auprès des pouvoirs publics et des organisateurs de grands évènements, afin de co-construire le modèle de la sécurité événementielle de demain.

Réunissant une force opérationnelle conséquente, l’OPSE a pour objectif de contribuer activement à la réussite des événements, en mettant en avant les compétences et le savoir-faire de chacun et en abordant les enjeux fondamentaux du secteur :

• La valorisation du métier, de sa singularité et des compétences de ses acteurs dans la perspective des grands évènements à venir ;

• La réglementation en vigueur et notamment le droit du travail qui ne prévoit aucun statut adapté aux métiers de la sécurité événementielle ;

• L’environnement concurrentiel, afin de peser face à la concurrence d’acteurs généralistes de la sécurité, n’offrant pas les mêmes garanties de savoir-faire et de qualité.

A noter que le Premier Ministre a présenté le 4 novembre un plan destiné à structurer les métiers de l’évènementiel notamment de la sécurité, lors du lancement des travaux du futur village des jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. Les entreprises fondatrices de l’OPSE, forte de leur expérience et de leurs ambitions à long terme, s’inscrivent pleinement dans cette démarche.

 

Vidéoprotection. Hanwha équipe Bologne


Publié le 13 nov. 2019 10:47:00

 

La ville de Bologne voulait investir dans une solution de vidéoprotection lui permettant de surveiller les 12 portes routières d’accès à la ville afin de fournir aux autorités des informations fiables en temps réel sur la mobilité urbaine. L’objectif était de fournir un outil permettant aux autorités de prendre des mesures de planification stratégique et de redistribuer de manière optimale la circulation sur le réseau routier.

Après de nombreux tests de différentes solutions, il a été décidé d'installer 89 caméras Wisenet fabriquées par Hanwha Techwin. La solution déployée est composée de caméras dédiées au comptage et à la classification des véhicules et de caméras LAPI installées au niveau des portes stratégiques. Les caméras surveillent les deux sens de circulation pour permettre aux autorités locales d'étudier les flux d’accès à la ville les plus importants et les plus stratégiques.

24 des caméras installées sont des caméras bullet Wisenet XNO-6120R/TD équipées de Traffic Data, une application embarquée, développée en coopération avec Sprinx Technologies, qui facilite la collecte de données statistiques sur les flux de véhicules. En faisant le suivi des véhicules se déplaçant dans le champ de vision d’une caméra, l’application est capable de fournir des informations sur le nombre, la classification et la vitesse moyenne des véhicules.

L'équipement est complété de 41 caméras dômes PTZ IR 23x Wisenet SNP-L6233RH en 2 mégapixels, installées aux principaux croisements de la ville, afin de permettre aux opérateurs de salles de contrôle de zoomer pour voir en détail les incidents.

 

L’édition 2019 du colloque annuel des directeurs de sécurité et de sûreté se tiendra le mardi 17 décembre prochain à l’OCDE.

Parce que les entreprises et les collectivités territoriales doivent prendre désormais toute leur place dans la chaîne de sécurité et appréhender ensemble les sujets de sûreté à travers le prisme de l’attractivité, le colloque du CDSE aura cette année pour thème : « La sécurité : un atout pour l’économie des territoires ».

Aux côtés des directeurs de la sécurité et de la sûreté, ce temps fort de l’activité du Club en tant que laboratoire d’idées et rendez-vous incontournable pour l’ensemble des acteurs de l’écosystème de la sécurité globale, réunira des présidents et des élus de collectivités locales et territoriales, des présidents de grands groupes, des directeurs des ressources humaines, des directeurs financiers, des secrétaires généraux, des représentants des administrations nationales, européennes et des collectivités territoriales.

> Pour s’inscrire, c’est ici

 

Publi Information

Gestion vidéo pour les centres de télésurveillance


Publié le 31 oct. 2019 16:20:00

 

De nombreuses sociétés, administrations ou entreprises confient la gestion de leur sécurité à un centre de télésurveillance. Les centres de télésurveillance s'appuient sur des systèmes de vidéosurveillance modernes pour assurer une protection continue des locaux du client 24 heures sur 24 et ceci 365 jours par an. Les systèmes intelligents de vidéosurveillance documentent non seulement les événements sous la forme d'enregistrements vidéo, mais détectent également en temps réel les menaces pesant sur les biens et les personnes. Le logiciel de gestion vidéo VideoManager d'IPS Intelligent Video Analytics en combinaison avec les analyses vidéo intelligentes d’IPS assurent ces deux fonctions. Ce logiciel permet la gestion des flux vidéo en provenance des caméras, une détection extrêmement fiable et la gestion automatique de toutes les alertes en cas d’évènements suspects.

Il est utilisé, par exemple, par le centre de contrôle des appels d'urgence WSH GmbH, qui dessert des clients très renommés dans toute l'Allemagne et la Suisse voisine. WSH GmbH a déjà quatre postes de travail équipés du VideoManager IPS et la tendance est clairement à la hausse. Toutes les caméras en service sont équipées de la détection des mouvements de personnes IPS. Par exemple en cas d’accès non autorisé aux locaux d'un client, l’opérateur du centre de contrôle reçoit immédiatement une alarme du système. Il peut contacter aussitôt le client ou la Police et prendre les mesures appropriées. Chaque crime ainsi prévenu évite au client des ennuis, des pertes de temps et souvent aussi malheureusement des pertes d'argent significatives.

Nous savons tous que l'attention humaine est considérablement réduite après seulement 20 minutes d'observation d’écran. Avec IPS, seules les (vrais) alarmes seront affichées. Les analyses vidéo intelligente IPS sont réputées extrêmement fiables et évitent donc au personnel de sécurité d’avoir à surveiller en permanence les écrans vidéo. Avec le VideoManager d’IPS, la concentration des opérateurs ne disparaît jamais.

Les analyses vidéo intelligentes font la différence par rapport aux systèmes d'enregistrement purs. Par exemple, IPS détection de sabotage envoie une alerte dès que quelqu'un manipule la caméra de surveillance soit en la couvrant, en la taggant ou en essayant de l’aveugler au laser (ce qui se fait beaucoup à Hong Kong en ce moment!). IPS Détection de maraudage en revanche prévient des personnes qui séjournent soit trop longtemps soit immobiles dans un lieu déterminé.

WSH GmbH est extrêmement satisfaite du VideoManager IPS: "C’est un VMS très ingénieux aux possibilités étonnantes. Nos opérateurs sont très fiers de travailler avec un VMS aussi efficace et d’offrir ainsi une sécurité optimale à nos clients de haut niveau" a déclaré le responsable de l'équipe technique du centre de contrôle.

Enfin, il faut noter qu’IPS délivre le plus haut niveau de sécurité des données. Le VideoManager IPS comporte de nombreuses fonctions de sécurité intégrées telles que les communications cryptées, une administration très performante des utilisateurs et l’obligation pour eux d’utiliser des mots de passe élaborés.

 

Qu’il s’agisse de protection périmétrique ou de contrôle d’accès, Vitaprotech est devenu, au fil des acquisitions, un groupe qui compte dans le paysage français de la sécurisation des sites professionnels.

 « Aujourd’hui, Vitaprotech est un groupe constitué de 8 entreprises, employant 300 collaborateurs et réalisant 53 millions d’euros de chiffre d’affaires, souligne Eric Thord, son président. Avec nos filiales Sorhea, Eurocloture Security , Videowave, Protech , TIL Technologies , ARD , Vauban Systems et TDSi , nous sommes non seulement présents en France, mais aussi en Belgique, en Angleterre, au Canada, aux Etats-Unis. »

Le développement qu’a connu Vitaprotech ces dernièrs mois s’explique en partie par l’entrée dans son capital, en 2018, d’Eurazeo PME. « Eurazeo s’est donné pour objectif d’accompagner et d’aider les industries à passer du statut de PMI à ETI. Il nous a pour cela fourni des moyens financiers, mais aussi apporté son soutien en matière de gouvernance d’entreprise. Grâce à lui, nous avons pu accélérer notre croissance à l’international et réaliser quelques belles opérations de croissance externe », ajoute le président de Vitaprotech.

Objectif : 100 millions de CA en 2024

Après les reprises, pour la seule année 2019, de Vauban Systems, ARD et TDSi, Vitaprotech veut poursuivre sa croissance. « Nous voulons continuer à nous développer. Non seulement de manière organique mais aussi via une stratégie de croissance externe. Afin de nous renforcer sur des secteurs et des marchés où nous ne sommes pas encore assez présents comme la supervision globale mixant nos technologies à la vidéosurveillance sur le marché de la protection périmétrique ou sur le marché du contrôle d’accès qui est en plein bouleversement », conclut poursuit Eric Thord

> 2 questions à Eric Thord, président de Vitaprotech

  • Vitaprotech a, ces derniers mois, fait preuve d’un gros appétit. Allez-vous poursuivre vos opérations de croissance externe ?

Nous voulons clairement compléter notre portefeuille. Par exemple, il est indéniable que nous devons être plus présents sur le marché de la vidéosurveillance. Pas en tant que fabricant, mais comme apporteur de solutions et plates-formes logicielles qui permettent de gérer, intelligemment, la vidéo. L’exploitation des données est un des grands enjeux de nos métiers. A nous de réfléchir à la meilleure manière de mettre la vidéo à disposition, via un superviseur vidéo natif, du contrôle d’accès ou de l’intrusion.

> Retrouvez l’intégralité de cet entretien dans PSM 256 (novembre-décembre 2019).