Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités pour les professionnels de la Sûreté et de la Sécurité

 

Vidéosurveillance. Visionaute enrichit sa gamme


Publié le 1 oct. 2019 11:52:00

 

À l’origine spécialisé dans la vidéosurveillance pour le monde agricole, Visionaute s’est depuis imposé sur le marché de la surveillance des grands espaces comme les grandes surfaces et les data centers avec Raildome

« Visionaute a été créé en 1986. Notre cœur de métier était alors les solutions de vidéosurveillance pour le monde agricole avec des rails de surveillance des stabulations. Marché sur lequel nous sommes toujours actifs avec notre solution Agri Video System. Avec la montée en gamme du matériel et notre savoir-faire, nous proposons depuis 2006 Raildome : la solution pour la surveillance des grands espaces, explique Jérémy Delcros, responsable communication chez Visionaute. Le groupe emploie aujourd’hui 25 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros, en progression de 4 %. »

Grâce à un réseau de partenaires efficaces, Raildome s'est implanté en Russie et équipe des groupes comme Auchan et Carrefour.

Nouveaux systèmes

« Nous avons récemment lancé notre solution Free Motion 8, un nouveau système de charriots dont le principal atout réside dans le fait qu’il peut s’adapter aisément à tout type de rail, ajoute Jérémy Delcros, ce qui permet de réduire les coûts d’installation et de déploiement. »

La société a aussi complété son portefeuille avec un tout nouveau logiciel, développé par son service informatique. « Ce logiciel permet de piloter le Raildome depuis n'importe quel pupitre de contrôle (ports IP, COM ou USB). Aujourd'hui, la compatibilité des systèmes et l'adaptabilité de notre produit avec les grandes marques est primordial pour Visionaute », poursuit Jérémy Delcros. Avant de conclure : « Sur un marché assez concurrentiel, il faut constamment innover pour conserver ses parts de marché et développer son activité. Chez Visionaute, nous réfléchissons constamment aux moyens de rendre les systèmes de surveillance plus simples à installer, à maintenir et à exploiter. »

 

Sécurité des entreprises. Bienvenue à l’IEESSE


Publié le 1 oct. 2019 11:52:00

 

Il y a quelques jours est né l’Institut européen d’études en sûreté-sécurité pour les entreprises (IEESSE). Présidé par Pierre Grard, l’IEESSE est un do tank européen qui veut fédérer tous les directeurs, responsables, chefs de services, chargés de mission, officiers de sécurité, en charge de la sûreté-sécurité d’entreprises publiques ou privées.

En effet, depuis plusieurs années toutes les personnes en charge de la sûreté-sécurité des entreprises publiques ou privées, ont vu les risques, auxquels ils ont à faire face, être en continuelle évolution. Avec le développement rapide des nouvelles solutions technologiques, l’apparition de nouveaux enjeux comme les menaces environnementales, technologiques ou de sécurité intérieure, il est donc urgent de repenser la sûreté-sécurité. Mais les solutions proposées ne répondent pas toujours aux attentes. Tandis que l’État gère d’un côté, la sûreté-sécurité régalienne et réglemente par force de textes et de l’autre, la sécurité privée composée de fournisseurs et prestataires propose des solutions techniques ou humaines.

Il est devenu, aujourd’hui, fondamental que tous les acteurs privés et publics collaborent et co-construisent ensemble la sûreté-sécurité de demain. L’IEESSE veut clairement participer de manière active à cette co-construction. Pour ce faire, tous les membres de IEESSE se répartissent par pôle d’expertise métier ou secteur d’activités, autour d’experts en charge de l’animation, pour réfléchir, élaborer, proposer, innover sur des thèmes choisis en communs.

 

Pour accompagner les entreprises de la sécurité électronique et numérique,le GPMSE Fédération et USP Technologies ont concrétisé leur fusion. La fusion du GPMSE Fédération et d’USP Technologies va permettre aux deux organisations, d’unir leurs forces pour accélérer la convergence entre produits et services de sécurité électronique et numérique et efficacité économique. « Grâce à ce mariage, notre image de syndicat professionnel représentatif des télésurveilleurs, sur l’hexagone, mais également des installateurs ‘’pur-player’’, va être renforcée, explique Jean-Christophe Chwat (notre photo), président du GPMSE Fédération. En outre, nous allons désormais représenter une partie des industriels opérant sur le marché de la sécurité électronique. Cette union est donc une formidable opportunité pour mieux relever les défis de la profession, face à un marché en pleine évolution. Aussi, rassembler tout cet écosystème est essentiel pour construire, ensemble, les opportunités de demain et mener des actions communes, encore plus convaincantes vis à vis des pouvoirs publics, en particulier le Cnaps et la DCS, sans oublier le législateur. »

Trois priorités

Le GPMSE Fédération devient l’organisation professionnelle fédérant les métiers de la sécurité électronique et numérique. Elle regroupe le GPMSE Installation, le GPMSE Télésurveillance et le GPMSE Technologie numérique (nouvellement créé et présidé par Ivan Marciano, anciennement président d’USP Technologies ). Il organisera son action autour de trois priorités :

  • Défendre les intérêts de l’ensemble de la profession regroupant l’installation et la maintenance, la surveillance à distance, les constructeurs, éditeurs de logiciels et distributeurs de solutions de sécurité.
  • Permettre la réalisation de tests et expérimentations, en facilitant les échanges entre les industriels et leurs clients que sont les installateurs et télésurveilleurs.
  • Améliorer ainsi la compétitivité des entreprises membres en poursuivant le travail engagé auprès des prescripteurs et autres acteurs, de façon à assouplir la législation, notamment ; ce, dans l’objectif de répondre aux attentes des utilisateurs.

Rassemblement des métiers

« En tant que président du GPMSE Technologie numérique, mon souhait est d’oeuvrer très rapidement en faveur de l’échange et de la mutualisation ente les différents collèges (installation, télésurveillance, technologie numérique). Des groupes de travail vont être rapidement mis en place, de façon à sensibiliser l’ensemble des acteurs au traitement de la donnée, à la transmission numérique et aux enjeux de sécurité numérique », souligne Ivan Marciano. Et Jean-Christophe Chwat de conclure : « Comme je l’avais annoncé en avril dernier, notre souhait était de calquer notre agenda sur celui de la fusion des deux organisations professionnelles représentatives de la branche des entreprises de prévention et de sécurité, SNES et USP. Le GES a été créé le 5 juin dernier. »

 

LAPI. Strasbourg s’équipe d’un outil automatisé


Publié le 1 oct. 2019 11:47:00

 

Si les applications Lapi (Lecture automatique de plaques d’immatriculation) sont encore difficiles à déployer, la vidéoverbalisation est de plus en plus utilisée. Un des derniers exemples en date : la ville de Strasbourg.

180 caméras constituent le réseau de vidéoprotection de la ville. Fort de cette installation, les responsables du Sirac (Service de l’information et de la régulation automatique de la circulation) ont testé pendant plusieurs mois une solution entièrement automatisée de vidéoverbalisation.

Les tests ayant été particulièrement concluants, la mise en service officielle a eu lieu au début de l’été.

Après avoir défini plusieurs zones de surveillance et après autorisation préfectorale, les caméras de vidéoprotection in situ pourrons donc faire office de caméras de vidéoverbalisation grâce au logiciel VisiMAX de CASD.

Agent assermenté

Désormais, un agent assermenté dans le Centre de régulation du trafic (Sirac) visionne ainsi les images et repère les automobilistes en infraction. Grâce au module de vidéoverbalisation de VisiMAX, il peut directement établir son PVE. Pas besoin d’une autre saisie, toute la procédure est ensuite automatique : une sauvegarde se génère sur les serveurs et se déploie sur les terminaux des agents. Il suffit alors aux représentants des forces de l’ordre de signer électroniquement ces PV pour qu’ils soient automatiquement transférés à l’Antai (Agence nationale de traitement automatisé des infractions).

Le développement de l’interface et la définition du protocole d’exploitation ont nécessité une collaboration étroite avec l’entreprise IER Indestat qui propose des solutions de PVE (PV électronique).

 

Le 23 septembre, se déroulait, au Théâtre de Paris, la 14ème édition des Trophées de la Sécurité.La soirée qui accueilli plus de 700 professionnels de la sécurité/sûreté, a permis de découvrir les principales innovations du secteur mais aussi de participer et comprendre, au travers des débats et des prises de paroles, tous les enjeux d'un monde passionnant en totale évolution. Ont été récompensés, entre autres :

> Catégorie Sûreté humaine & Sécurité privée

  • Trophée d’or : HUT by Hutchinson, un abri de secours polyvalent, autonome et tout-en-un, dont l’installation rapide (moins de 10 minutes) permet de disposer d’une base de vie mobile, rapidement, avec tout le confort nécessaire : l’éclairage, de quoi s’asseoir, de l’eau, une zone de recharge pour les pc et téléphones portables. Elle permet d'améliorer les conditions de travail et donc la performance des actions en étant au plus proche du terrain.
  • Trophée d’argent : Kateo pour sa plateforme qui centralise toutes les informations liées à la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments. Elle intègre les acteurs de la sécurité de l’entreprise, interne ou externe, afin qu'ils mettent à jour les informations. Avec Kateo, recevez de l'information fiable et en temps réel des bâtiments avec les objets connectés.
  • Trophée de bronze : Vauban pour son réseau Vigie qui, avec plus de 400 experts francophones situés en France et à l’international, est l’un des plus grands réseaux de renseignement. Vigie en tant que facilitateur aide les experts à trouver de nouveaux clients et leur apporte des outils et du conseil. Pour être au contact des décideurs, Vigie propose sa communauté en marque « grise ».

> Catégorie Sûreté des entreprises et des infrastructures

  • Trophée d’or : La Barrière Automatique pour Security by Design, la borne crash teste connectée qui permet de se protéger des attaques et apporte d'autres fonctions pour s'insérer facilement dans la ville de demain, pour que la protection ne soit plus au cœur des angoisses, mais laisse place à du lien social faisant disparaitre l'anxiété liée aux zones à risque. 
  • Trophée d’argent : Viparis pour la sécurisation de site évènementiel de grande capacité par systèmes IOT. La solution choisie consiste à déployer sur des bâtiments existant de grande envergure, une solution IOT pour précéder à la sécurisation de nos actifs. Solution qui a également permis le déploiement de systèmes intrusion non filaire sur le réseau Lora One privé et sécurisé par des équipements radio (contact de porte, barrière Infrarouge, radar volumétrique, capteur de température, capteur satisfaction client).
  • Trophée de bronze : Diva Robotics pour son robot patrouiller P-Guard X. Il s’agit d’un robot rondier autonome, capable de sécuriser tout type de site. Intégrant de nombreux capteurs (caméra thermique, Lidar, …) et des technologies uniques de navigation autonome et d’intelligence artificielle, le P-Guard X est capable d'effectuer des rondes pré-définies, des levées de doutes, des détections d'intrusions et alerter en totale autonomie. Son déploiement est simple, rapide, et s'interface facilement avec les dispositifs existants.

> En savoir plus : www.tropheesdelasecurite.fr