Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités pour les professionnels de la Sûreté et de la Sécurité

 

Vidéosurveillance. Transom reprend Pelco


Publié le 5 juin 2019 16:15:16

 

La vente de la filiale vidéosurveillance du géant français à l’américain Transom Capital Group est finalisé. Les modalités et le montant de cette cession, annoncée par PSM en mars dernier, n’ont pas été précisés.
Installé en Californie, Pelco appartenait à Schneider Electric depuis 2007. La vente de la filiale à Transom Capital Group s’inscrit dans la stratégie de cession du groupe annoncée lors de la publication de ses résultats annuels 2018. Le groupe Schneider Electric souhaite en effet se défaire d’activités non-stratégiques pour se recentrer sur ses activités phares comme la gestion de l’énergie et les automatismes industriels. Pelco emploie 478 personnes et son chiffre d’affaires s’est élevé à 169 millions d’euros en 2018.
En 2018, Schneider Electric, présent dans plus de 100 pays, a enregistré un bénéfice net record de 2,33 milliards d'euros, en augmentation de 9 %.
Pour Jean-Marc Théollier, président directeur général de Pelco, « notre objectif principal était de nous engager avec une société appréciant l’héritage de Pelco, tout en soutenant notre stratégie commerciale et notre plan de croissance actuels. »

 

Equipés depuis 2010 de solutions de contrôle d’accès Locken, la commune de Saint-Avertin (15 000 habitants), près de Tours, vient de se doter de la nouvelle solution Locken. Plus performante et plus communicante, celle-ci permet de s’adapter à des typologies d’accès encore plus variées et d’apporter une plus grande personnalisation à la gestion des accès.   
En 2017, la commune choisit de se doter de la nouvelle clé électronique Bluetooth sans contact Locken et de l’application MyLocken.

Compatibles avec les badges

« C’est une évolution très positive pour nous, explique Christophe Fort, responsable adjoint de la police municipale en charge de la gestion des accès. D’abord parce que cette nouvelle clé à induction est bien plus rapide que la précédente. C’est spectaculaire, et très appréciable au quotidien : à peine la clé introduite, le cylindre est déjà ouvert. Et cela indépendamment des poussières et corps étrangers qui peuvent s’accumuler dans les cylindres, puisqu’ils fonctionnent sans contact électrique avec la clé. » Avant de poursuivre : « Les clés de nouvelle génération ont un autre avantage crucial pour notre municipalité. Le système est en effet compatible avec l’utilisation de badges, et les clés sont d’ailleurs équipées d’un module RFID qui fait office de badge. S’il est exclu de confier une clé électronique à chacun des membres des associations sportives., il est en revanche possible, en raison de leur moindre coût, de leur attribuer des badges. Cela représente à terme plusieurs centaines, voire milliers de personnes, qui auront ainsi accès aux équipements tout en respectant la sécurité de l’ensemble. »
La combinaison des solutions n’empêche pas le contrôle de rester parfaitement efficace. D’une part parce que le logiciel gère minutieusement les accès, et permet de savoir quel est le badge qui a déclenché telle ou telle ouverture. Mais aussi parce que le lecteur de badge propre à un bâtiment n’est enclenché que si un responsable a préalablement déverrouillé l’accès au site avec sa clé électronique. Les membres de l’association de natation, par exemple, ne pourront donc accéder que si un responsable de la piscine est déjà présent sur les lieux.

Utilisations spécifiques : alarmes et gardiennage

Par ailleurs, à Saint-Avertin, les boîtiers d’alarme installés dans les différents bâtiments municipaux ne sont accessibles qu’aux utilisateurs de clés électroniques. L’activation et la désactivation de l’alarme sont donc réservés aux porteurs d’autorisations accordées par le système central de contrôle, Locken Smart Access (LSA).  
La solution Locken permet aussi une meilleure fluidité dans la gestion des sous-traitants. On peut prendre en exemple deux cas extrêmes : un électricien qui viendrait faire une intervention ponctuelle se verrait confier une clé porteuse d’autorisations pour une journée, voire une matinée ou une heure. En revanche, la société de gardiennage mandatée par la commune pour surveiller les locaux dispose de droits étendus à toutes les entrées et pour un temps indéfini, mais révocables à chaque instant.

Projets de développement

En plus des 150 points d’accès déjà équipés, la municipalité, qui compte ouvrir le domaine de Cangé à de nouvelles activités pour la jeunesse, va réhabiliter et équiper ses dépendances en contrôle d’accès.  L’équipement d’un nouveau gymnase est également prévu.
Ces perspectives témoignent de la satisfaction des gestionnaires opérationnels de la solution, ici la police municipale, mais aussi des utilisateurs quotidiens - élus, agents de la municipalité ou prestataires.

 

Contrôle d’accès. Dom-Metalux reprend Unitecnic


Publié le 5 juin 2019 16:03:13

 

Depuis 1985, Unitecnic est spécialisée dans le contrôle d’accès et la gestion des portes. Certifiée Iso 9001, cette société propose une large gamme de garnitures électroniques et mécaniques de portes. Parmi les produits phares d’Unitecnic figure la solution 900 IP Radio, système complet sans câblage basé sur un réseau radio en temps réel qui fédère des serrures et/ou des contrôleurs de porte.

Spécialiste du verrouillage et du contrôle d’accès, Dom-Metalux propose, quant à elle, une gamme complète de produits axés sur la porte et sa fermeture, dont son écosystème de sécurité électronique ENiQ.
Intégrée depuis le 1er avril au site de production de Saint-Dizier, Unitecnic bénéficie de tous les moyens et outils qui y ont été mis en place par Dom-Metalux (bureau d’études, plate-forme logistique, etc.).
Avec cette acquisition, Dom-Metalux élargit donc son offre de solutions de contrôle d’accès pour le marché français.

 

Drones. Azur Drones lève 9 millions d’euros


Publié le 5 juin 2019 15:53:56

 

Le Français, un des leaders européens du drone autonome, a finalisé trois levées de fonds successives, d’un montant total de 9 millions d’euros, auprès d’un investisseur privé français. Le groupe a ainsi levé près de 20 millions d’euros en à peine trois ans.
La dernière levée de fonds, qui survient quelques semaines après l’arrivée de Nicolas Billecocq au poste de Directeur Général, doit permettre à Azur Drones d’assoir son leadership sur le segment du drone autonome – grâce à sa solution Skeyetech - et de soutenir son expansion à l’international. La société prévoit notamment le renforcement de l’équipe commerciale dédiée à l’export et l’ouverture d’un bureau à Dubaï.

La société souhaite ainsi faire du drone autonome le standard sur le marché de la sécurité, en France comme à l’international. Basé à Mérignac, Azur Drones collabore déjà avec des grands donneurs d’ordres en Europe et au Moyen-Orient et ambitionne de gagner de nouveaux contrats dans ces zones, ainsi qu’aux Etats-Unis et en Asie.
« Ce soutien financier exceptionnel et de confiance va nous permettre de poursuivre la Recherche & Développement sur le système Skeyetech, et donc de garder notre avance technologique décisive. Cela passera par de nouveaux développements inédits liés à l’intelligence artificielle pour rendre notre drone encore plus autonome et lui ajouter de nouvelles fonctionnalités opérationnelles », précise Jean-Marc Crépin, CEO d’Azur Drones.

Faire avancer la réglementation

Par ailleurs, et grâce à ces nouveaux fonds, Azur Drones va pouvoir continuer ses efforts pour faire avancer la réglementation drone. En effet, la société collabore avec les autorités de l’aviation civile pour rendre possible l’utilisation des drones autonomes à l’échelle mondiale.

Le drone Skeyetech a ainsi été, en début d’année, homologué la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) pour un système de drone automatisé sans télépilote certifié. Il peut ainsi voler en France au-dessus de sites privés, hors vue directe, de jour comme de nuit, en agglomération, sous la simple supervision d’un téléopérateur.
La société, qui a rejoint la Drone Alliance Europe en avril dernier, est déjà en discussion avec d’autres autorités afin d’obtenir des homologations équivalentes dans plusieurs autres pays et conforter ainsi son avance sur le marché.

 

Le CDSE LAB, laboratoire d’idées du Club des Directeurs de Sécurité et de Sûreté des Entreprises, organise, le 4 juillet prochain, la deuxième édition de L’Odyssée, une expérience immersive et didactique autour d’innovations françaises et européennes. Thème de cette année : « Confiance, Nouvelles Technologies & Sécurité ».
Cette Odyssée vous propose, en partenariat avec Thales, d’accompagner les participants dans une expérience immersive et didactique afin de découvrir innovations et de start-ups autour de technologies utilisant la blockchain, l’intelligence artificielle ou encore l’internet des objets, etc. Le parcours, d’une durée d’1 h 40, s’effectuera par groupes d’une dizaine de personnes. Accompagnées par un membre du CDSE  LAB, d’entreprises innovantes ou de start-ups.
> En plus du parcours, les participants pourront profiter :
•    d’un espace Cybersécurité avec son Escape Game ;
•    d’un espace de Net Working avec restauration permanente ;
•    d’une salle à remonter dans le temps où vous pourrez retrouver les 3 projets emblématiques de l’ édition de l’Odyssée du LAB 2018 ;
•    d’une terrasse avec une vue à 360° sur Paris.
> Inscriptions (nombre de places très limité) : ici
> Où ?
Le Dernier étage
11, rue Forest
75018 Paris