Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités pour les professionnels de la Sûreté et de la Sécurité

 

ESSD. L’Adit s’offre Geos


Publié le 4 déc. 2018 17:54:00

 

Cette acquisition permet en effet à l’Adit de mettre un pied sur le marché de la sécurité dans les zones à risques sur lequel le savoir-faire du Français Geos n’est plus à démontrer. Créé en 1997, le groupe Geos est ce qu’on appelle une ESSD (entreprise de services de sécurité et de défense), spécialisée de la protection des personnes (délégations ou diplomates) et de la sécurité des sites industriels. Le groupe assure aujourd’hui un suivi dans plus de 160 pays et compte plus de 330 collaborateurs.

Cette acquisition permet à l’Adit, dont le chiffre d’affaires a été multiplié par quatre depuis 2010 (pour atteindre 45 millions d’euros cette année), de se poser en concurrent direct des acteurs anglo-saxons du secteur comme le groupe américain Kroll ou l’Anglais Control Risks.

Un leader français

La reprise de 92 % du capital (actuellement détenu par la société d’investissement Halisol) de Geos permet donc à l’Adit de voir son chiffre d’affaires dépasser les 70 millions d’euros et ses effectifs passer à 500 personnes.

L'Adit est contrôlé à 66 % par Weinberg Capital Partners, 34 % par BPI France (les 10% détenus par l'Etat ont fait l'objet d'un reclassement le 29 juin.

Comme le confie Alain Juillet à notre confrère Challenges, « il manquait un acteur français capable d’affronter ces géants, l’Adit est en train de le devenir. L’idéal serait d’atteindre de 120 à 150 millions d’euros de chiffre d’affaires pour peser à l’international. » Avec ce rachat, qui intéressait aussi Amarante International, qui serait sur les rangs pour reprendre le Français Risk&Co, l’Adit est désormais en droit d’espérer…

© AP/SIPA

 

Le gouvernement vient de créer un Comité stratégique de filière (CSF) dédié aux industries de sécurité au sein du Conseil national de l’Industrie (CNI). Sa présidence a été confiée à Marc Darmon, directeur général adjoint de Thales et président du Conseil des industries de la confiance et de sécurité (CICS).

Les Comités stratégiques de filière (CSF), correspondant chacun à une filière stratégique de l’industrie française, ont pour mission d’identifier de façon convergente, dans des « contrats de filière », les enjeux clés de la filière et les engagements réciproques de l’État et des industriels, d'émettre des propositions d'actions concrètes et de suivre leur mise en œuvre.

La filière des Industries de Sécurité, jusqu’à présent structurée dans le cadre du Comité de Filière des Industries de Sécurité et avec la participation du Comité des Industries de Confiance et de Sécurité, représente aujourd’hui plus de 4 000 entreprises travaillant dans la sécurité physique et numérique, 151 000 salariés et un chiffre d’affaires de 25 Mds€ dont 13 Mds€ à l’export.

« Je salue l’initiative du Conseil National de l’Industrie de créer un Comité stratégique de filière pour les Industries de Sécurité et je suis très honoré de la responsabilité que l’on me confie. La filière des industries de sécurité est une filière d’avenir pour la France, dont tous les acteurs – PME/ETI, secteur public, industriels – pourront renforcer la portée nationale et internationale au sein du CSF. Dans la lignée des travaux engagés par le CoFIS, le CSF aura à cœur de répondre à l’ensemble des enjeux liés à la sécurité physique, aux solutions numériques et à la cybersécurité, en s’appuyant sur la recherche et développement et sur des projets d’envergure comme les Jeux Olympiques 2024 », a déclaré Marc Darmon, à l’occasion de sa nomination à la tête du CSF Sécurité.

 

Le Lyonnais Cossilys21 propose des solutions intelligentes de vidéoprotection. La société équipe de grandes banques nationales, de nombreuses banques régionales, ainsi que des commerces. La société entretient depuis longtemps déjà des liens de partenariat avec Foxstream. Et quand Alain Ghaye, président et actionnaire principal de Cossilys21, a souhaité céder son entreprise pour partir à la retraite, c'est naturellement que l'idée de ce rapprochement entre les deux sociétés est née.

Ce projet a été mené en lien avec le Directeur Général de Cossilys, François Bureau, associé à part entière dans le projet de reprise.

« L'offre de Cossilys21, qui associe un savoir-faire dans la manipulation de la vidéo et dans la gestion de parcs, est fortement complémentaire de l'offre de Foxstream, dont le savoir-faire est plus dans l'analyse de la vidéo, déclare Jean-Baptiste Ducatez, PDG de Foxstream. Les compétences de ces deux équipes seront un atout important pour relever les futurs défis technologiques de notre profession, le cloud, le deep learning, la cybersécurité, etc. C'est une belle aventure humaine qui commence ».

Du côté de Cossilys, on se réjouit de ce rapprochement : « C'est une alliance stratégique et industrielle de deux sociétés en croissance, reconnues dans leur secteur, commente François Bureau. La synergie de nos technologies et de nos expertises permettra, avec Foxstream, de satisfaire davantage nos clients. Et dès 2019, un plan d’investissement ambitieux va renforcer nos capacités d’innovations ».

Après le rachat de la société grenobloise Blue Eye Video fin 2014, cette nouvelle opération de croissance externe confirme les ambitions de Foxstream d'être un acteur fortement présent dans les technologies de pointe sur le marché français et étranger de la sécurité, et de la gestion de flux.

 

Pour contrôler les accès à ses locaux et faciliter les migrations technologiques vers des niveaux de sécurité avancés, la police de l'UTA d'Arlington a sélectionné les lecteurs Architect Blue multitechnologies – combinant trois technologies d'identification 125 kHz, 13,56 MHz et Bluetooth - et la solution STid Mobile ID. Cette solution mobile réinvente le contrôle d’accès en rendant l’identification ludique et beaucoup plus instinctive pour l’utilisateur. Elle transfère le badge d’accès sur le smartphone avec des modes d’identification innovants, en complément du badge.

« Nous avons analysé l’ensemble des solutions du marché. L’ergonomie, le niveau de sécurité et les outils de configuration simplifiant la mise en œuvre de la solution sont les critères qui ont permis à STid de se démarquer très rapidement. Plus de 130 utilisateurs, officiers de police et professionnels de la sûreté utilisent STid Mobile ID au quotidien - indispensable pour protéger l’accès à nos infrastructures », témoigne un sergent-chef de la police de l’UTA.

De son côté, Vincent Dupart, directeur général de STid, conclut : « Ce nouveau déploiement est le résultat de l’adoption croissante de nos lecteurs d’accès haute sécurité et instinctifs sur le territoire nord-américain. Il s’inscrit dans notre stratégie de développement initiée en 2013 où STid devient le premier fabricant à obtenir la Certification de Sécurité de Premier Niveau (CSPN) délivré par l’ANSSI. En 2016, STid a entrepris une diversification géographique de ses activités en ouvrant ses bureaux à Londres et Mexico. STid poursuit cette année son développement sur le marché Nord-Américain et ouvre STid NA Inc. à Irving (TX) en proposant les lecteurs de contrôle d’accès les plus récompensés au monde. »

Le petit français n’a pas fini de challenger les gros puisqu’il prévoit un plan d’investissement entre 2019 et 2023 pour devenir le référent européen du contrôle d’accès…

 

Le colloque 2018 du Club des Directeurs de Sécurité et de Sûreté des Entreprises (CDSE) aura lieu le 18 décembre prochain au siège l’OCDE à Paris, et développera tout au long de la journée la thématique de « la sécurité au coeur du business ».

Outre la participation du Ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, il bénéficiera de la présence de personnalités de haut niveau et comprendra plusieurs tables rondes autour des enjeux de la sécurité comme véritable investissement stratégique, en matière d’organisation et de technologies, et facteur de développement économique des entreprises. Ont d’ores et déjà confirmé leur participation : Antoine Frérot, président-directeur général de Veolia, Alain Fustec, président-fondateur de Goodwill Management, Xavier Guizot, directeur Risques et Compliance du Groupe Carrefour, Claire Landais, secrétaire générale de la défense et de la sécurité nationale, Philippe Manière, éditorialiste, Nicole Notat, présidente de Vigeo Eiris, Frédéric Péchenard, vice-président du Conseil régional d’Île-de-France chargé de la Sécurité, Emile Perez, directeur de la Sécurité et de l’Intelligence Economique du Groupe EDF, Emmanuel Pitron, senior vice-président du Groupe ADIT, Jean-Paul Vermès, président du cabinet de recrutement VMS France et ancien président de la CCI Paris Île-de-France.

Pour Stéphane Volant, président du CDSE, « l’impératif de sécurité touche à de nombreux domaines, depuis la sécurité du travail jusqu’à la protection de l’environnement et la sécurité des systèmes d’information. Dans un monde instable et de plus en plus concurrentiel, cette édition 2018 montrera que la sécurité est aussi et surtout un élément essentiel au business et un véritable levier de croissance pour nos entreprises ».

> Le programme complet de la journée est consultable en ligne ici.

> Le portail des inscriptions est ouvert au grand public à l’adresse suivante http://2dxwbtb8.evenium.net/

> Pratique

Colloque CDSE
Mardi 18 décembre 2018
OCDE
2, rue André Pascal
75016