Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités pour les professionnels de la Sûreté et de la Sécurité

 

Publi Information

Gestion vidéo pour les centres de télésurveillance


Publié le 31 oct. 2019 16:20:00

 

De nombreuses sociétés, administrations ou entreprises confient la gestion de leur sécurité à un centre de télésurveillance. Les centres de télésurveillance s'appuient sur des systèmes de vidéosurveillance modernes pour assurer une protection continue des locaux du client 24 heures sur 24 et ceci 365 jours par an. Les systèmes intelligents de vidéosurveillance documentent non seulement les événements sous la forme d'enregistrements vidéo, mais détectent également en temps réel les menaces pesant sur les biens et les personnes. Le logiciel de gestion vidéo VideoManager d'IPS Intelligent Video Analytics en combinaison avec les analyses vidéo intelligentes d’IPS assurent ces deux fonctions. Ce logiciel permet la gestion des flux vidéo en provenance des caméras, une détection extrêmement fiable et la gestion automatique de toutes les alertes en cas d’évènements suspects.

Il est utilisé, par exemple, par le centre de contrôle des appels d'urgence WSH GmbH, qui dessert des clients très renommés dans toute l'Allemagne et la Suisse voisine. WSH GmbH a déjà quatre postes de travail équipés du VideoManager IPS et la tendance est clairement à la hausse. Toutes les caméras en service sont équipées de la détection des mouvements de personnes IPS. Par exemple en cas d’accès non autorisé aux locaux d'un client, l’opérateur du centre de contrôle reçoit immédiatement une alarme du système. Il peut contacter aussitôt le client ou la Police et prendre les mesures appropriées. Chaque crime ainsi prévenu évite au client des ennuis, des pertes de temps et souvent aussi malheureusement des pertes d'argent significatives.

Nous savons tous que l'attention humaine est considérablement réduite après seulement 20 minutes d'observation d’écran. Avec IPS, seules les (vrais) alarmes seront affichées. Les analyses vidéo intelligente IPS sont réputées extrêmement fiables et évitent donc au personnel de sécurité d’avoir à surveiller en permanence les écrans vidéo. Avec le VideoManager d’IPS, la concentration des opérateurs ne disparaît jamais.

Les analyses vidéo intelligentes font la différence par rapport aux systèmes d'enregistrement purs. Par exemple, IPS détection de sabotage envoie une alerte dès que quelqu'un manipule la caméra de surveillance soit en la couvrant, en la taggant ou en essayant de l’aveugler au laser (ce qui se fait beaucoup à Hong Kong en ce moment!). IPS Détection de maraudage en revanche prévient des personnes qui séjournent soit trop longtemps soit immobiles dans un lieu déterminé.

WSH GmbH est extrêmement satisfaite du VideoManager IPS: "C’est un VMS très ingénieux aux possibilités étonnantes. Nos opérateurs sont très fiers de travailler avec un VMS aussi efficace et d’offrir ainsi une sécurité optimale à nos clients de haut niveau" a déclaré le responsable de l'équipe technique du centre de contrôle.

Enfin, il faut noter qu’IPS délivre le plus haut niveau de sécurité des données. Le VideoManager IPS comporte de nombreuses fonctions de sécurité intégrées telles que les communications cryptées, une administration très performante des utilisateurs et l’obligation pour eux d’utiliser des mots de passe élaborés.

 

Qu’il s’agisse de protection périmétrique ou de contrôle d’accès, Vitaprotech est devenu, au fil des acquisitions, un groupe qui compte dans le paysage français de la sécurisation des sites professionnels.

 « Aujourd’hui, Vitaprotech est un groupe constitué de 8 entreprises, employant 300 collaborateurs et réalisant 53 millions d’euros de chiffre d’affaires, souligne Eric Thord, son président. Avec nos filiales Sorhea, Eurocloture Security , Videowave, Protech , TIL Technologies , ARD , Vauban Systems et TDSi , nous sommes non seulement présents en France, mais aussi en Belgique, en Angleterre, au Canada, aux Etats-Unis. »

Le développement qu’a connu Vitaprotech ces dernièrs mois s’explique en partie par l’entrée dans son capital, en 2018, d’Eurazeo PME. « Eurazeo s’est donné pour objectif d’accompagner et d’aider les industries à passer du statut de PMI à ETI. Il nous a pour cela fourni des moyens financiers, mais aussi apporté son soutien en matière de gouvernance d’entreprise. Grâce à lui, nous avons pu accélérer notre croissance à l’international et réaliser quelques belles opérations de croissance externe », ajoute le président de Vitaprotech.

Objectif : 100 millions de CA en 2024

Après les reprises, pour la seule année 2019, de Vauban Systems, ARD et TDSi, Vitaprotech veut poursuivre sa croissance. « Nous voulons continuer à nous développer. Non seulement de manière organique mais aussi via une stratégie de croissance externe. Afin de nous renforcer sur des secteurs et des marchés où nous ne sommes pas encore assez présents comme la supervision globale mixant nos technologies à la vidéosurveillance sur le marché de la protection périmétrique ou sur le marché du contrôle d’accès qui est en plein bouleversement », conclut poursuit Eric Thord

> 2 questions à Eric Thord, président de Vitaprotech

  • Vitaprotech a, ces derniers mois, fait preuve d’un gros appétit. Allez-vous poursuivre vos opérations de croissance externe ?

Nous voulons clairement compléter notre portefeuille. Par exemple, il est indéniable que nous devons être plus présents sur le marché de la vidéosurveillance. Pas en tant que fabricant, mais comme apporteur de solutions et plates-formes logicielles qui permettent de gérer, intelligemment, la vidéo. L’exploitation des données est un des grands enjeux de nos métiers. A nous de réfléchir à la meilleure manière de mettre la vidéo à disposition, via un superviseur vidéo natif, du contrôle d’accès ou de l’intrusion.

> Retrouvez l’intégralité de cet entretien dans PSM 256 (novembre-décembre 2019).

 

Un poste de commandement (PC) de sécurité est une salle d'opérations constituée dans le but d'assurer la coordination des actions nécessaires au bon fonctionnement de l'entreprise, en temps normal ainsi qu'en modalité dégradée, qu'elle qu'en soit l'intensité de cette dégradation.

Les étapes préalables doivent tenir compte de cette finalité. La première étape consiste à définir les spécificités du PC, à savoir son cycle de fonctionnement, qui peut être continue ou non ou bien avec des phases de veille opérationnelle. On passe ensuite à la conception préliminaire qui constitue une première ébauche, une sorte de brouillon de ce que pourrait être le PC correspondant aux besoins. La troisième phase est la conception détaillée, qui elle-même se décline en sous-phases en fonction du niveau de détail requis, en partant de la planimétrie jusqu'à l'ergonomie des postes ou la configuration techniques des moyens et des SI.

PC sécurité et gestion de crise sur le même site

Les étapes sont entrecoupées de plans d'intégration qui constituent la jonction entre deux étapes en amont et de tests de validation en aval. Cette méthode de travail est particulièrement nécessaire sur les projets complexes telle que la Tour Libeskin, un gratte-ciel de 175 mètres en phase de construction à Milan en Italie (la troisième tour du projet CityLife) qui abritera les locaux milanais du groupe PwC.

« Nous recommandons presque toujours que la cellule de gestion de crise et le PC de sécurité soient situés sur le même emplacement, explique Angela Pietrantoni, General Manager pour l’Italie chez Kelony. La cellule de gestion de crise, un élément éminemment stratégique de prise de décision, qui alors qu'une crise majeure survient, peut utilement utiliser les capacités du PC de sécurité. Le PC devient alors le bras armé de la cellule de gestion de crise. » Avant de conclure : « Ce concept de mise en facteur commun de l'ensemble des éléments nécessaires, s'appelle C4ED chez Kelony (Crisis Command Control Centre for Emergency and Decision). C'est la solution retenue pour la Tour Libeskin, en cours de réalisation. »

 

Groupements professionnels. L’ADMS rejoint la FFPS


Publié le 29 oct. 2019 15:27:00

 

Il y a quelques semaines l’Association nationale des métiers de la sécurité (ADMS), présidée par Danièle Meslier, a rejoint la Fédération française de la sécurité (FFSP), dont Claude Tarlet est le président.

« C’est un moment important dans la vie de l’ADMS, souligne Danièle Meslier. Une étape importante pour nos adhérents et pour l’évolution de notre association. Rejoindre la fédération dirigée par Claude Tarlet va nous permettre de travailler avec toutes les organisations qui font partie de la FFSP. »

Concrètement, désormais, l’ADMS va pouvoir participer à différents groupes de travail qui lui permettront d’échanger avec d’autres professionnels des métiers de la sécurité. « Cela correspond à l’ADN de l’ADMS qui depuis vingt ans, en rassemblant des membres venus de tous horizons, cherchent à faire dialoguer tout le monde, sur les sujets qui concernent la vie de nos métiers, et aider à l’émergence de la sécurité de demain. Nous allons retrouver à la FFSP ce même désir de discuter, d’échanger sur des sujets qui nous tiennent aussi à cœur, et depuis de longues années, comme la lutte contre le travail illégal dans nos métiers et filières », ajoute Danièle Meslier.

Déjà des projets

Si pour accueillir des organisations professionnelles autres que celles issues de la sécurité privée, la FFSP a dû changer dernièrement ses statuts, l’ADMS va continuer à mener sa vie propre. « Nous allons en effet poursuivre notre travail afin d’apporter des réponses concrètes aux besoins et problématiques de terrain de nos adhérents. Mais nous allons aussi travailler conjointement avec la FFSP pour animer la vie de notre secteur. Nous avons ainsi déjà validé un atelier sur le Livre blanc de la sécurité intérieur qui se tiendra d’ici fin 2019. Et d’autres sont à l’étude », conclut Danièle Meslier.

  • La parole à Danièle Meslier, présidente de l'ADMS

« Nous rejoignons la fédération en tant que membre associé. Ce qui va nous permettre de rejoindre l’écosystème des métiers de la sécurité, tout en gardant notre indépendance, à laquelle nous tenons beaucoup et qui a souvent fait notre force. Cela va nous permettre d’aller à la rencontre d’autres professionnels, représentant leurs métiers et savoir-faire, et de réfléchir au futur de notre profession. Surtout à l’heure actuelle où le monde de la sécurité connaît d’importants changements. Le travail illégal est un vrai fléau. Il faut continuer à se battre. Mais l’ADMS va se lancer dans d’autres actions comme celle de la représentativité patronale. Un sujet très important à l’heure où de nombreux groupements professionnels se rapprochent. »

 

Télésurveillance. Brink’s et Sotel négocient


Publié le 29 oct. 2019 15:23:00

 

Vers une cession de la filiale télésurveillance de Brink’s ? Il semblerait que ce soit le cas puisque Brink’s a ouvert des négociations exclusives avec le groupe Sotel pour la cession de Brink’s Téléservices, filiale du groupe Brink’s spécialisée dans les activités de télésurveillance professionnelle. Brink’s Téléservices réalise un chiffre d’affaires de 4,7 millions d’euros en 2018 et emploie 41 salariés sur deux stations de télésurveillance (Paris et Toulouse). Brink’s  entend ainsi finaliser sa stratégie de recentrage sur son coeur de métier et confier, à l’un des acteurs majeurs du marché, la télésurveillance de son réseau d’agences et de sa flotte de véhicules.

Sotel, chiffre d’affaires Groupe de 16 millions d’euros en 2018, confirmerait ainsi son ambition de développement après les acquisitions récentes de SCS et AG Veille en visant le renforcement de sa position sur ses marchés stratégiques : télésurveillance, installation de systèmes d’alarme, interventions de sécurité et formation.