Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités pour les professionnels de la Sûreté et de la Sécurité

 

Le spécialiste des solutions de sécurité unifiée Azur Soft vient d’acquérir la société Saratec, éditeur français de logiciels dédiés à la sécurité et la sûreté. Pour Azur Soft, cette acquisition s’inscrit dans un plan stratégique amorcé il y a douze mois avec le rachat de Systel, spécialiste de l’hypervision des systèmes de sécurité. Saratec va permettre à Azur Soft de consolider son offre globale de sécurité unifiée au travers de solutions d’hypervision visant à unifier les opérations liées à la sécurité et la sûreté provenant de systèmes hétérogènes et à rendre toutes les tâches facilement accessibles grâce à une application client intuitive et unique.

« La synergie de nos technologies présente une forte complémentarité et une combinaison de nos savoir-faire respectifs avec pour objectif de déployer très largement les solutions. Le rachat de Saractec va également nous de renforcer nos équipes techniques et commerciales et de renforcer la capacité d’innovation d’Azur Soft sur ses marchés historiques de télévidéosurveillance/téléassistance, qui continue à être l’une des entreprises la plus reconnue de son secteur », explique Azur Soft dans un communiqué.

Intérêt mutuel

Pour Marc Vaillant, Pdg d’Azur Soft, « cette opération de croissance externe est au cœur de la stratégie d’Azur Soft et marque une étape supplémentaire dans notre volonté d’accroître nos investissements tant organiques qu’en croissance externe. Cette nouvelle acquisition vient compléter et renforcer l’ensemble de notre offre inégalée de collecte, de traitement et de transmission des informations de sécurité. »

Chez Saratec, on se réjouit de l’opération. Comme le confirme Olivier Rancillac, son fondateur : « Nous sommes ravis de rejoindre le groupe Azur Soft. Désormais, les solutions Saratec bénéficieront de la capacité d’innovation, de la dynamique marketing et de la solidité financière de la société Azur Soft. En unissant nos forces, nous allons accompagner davantage nos clients à travers le monde. Nos entreprises se complètent parfaitement : nous avons le même engagement en faveur de l’excellence technique et de l’innovation au service du client. »

 

Sécurité incendie. Le Normandy choisit Siemens


Publié le 6 nov. 2018 12:09:00

 

Siemens a modernisé le système de sécurité incendie du Centre de Rééducation et Réadaptations Fonctionnelles en milieu marin (CCRF) Le Normandy, à Granville (50). L’établissement accueille 4 000 patients par an, en hospitalisation à temps complet ou de jour, sur ses deux sites. Ouvert en mai 1967, il a pour vocation la rééducation de la fonction d’un membre ou d’une articulation, la rééducation neurologique et la réinsertion socio-familiale et professionnelle du patient.

Engagé dans une politique qualité et gestion des risques, l’établissement a été certifié V2014 par la Haute Autorité de Santé en 2016, sans aucune réserve ni recommandation. Soucieux de maintenir cette qualité et d’assurer la sécurité des personnes dans ses bâtiments, l’établissement a souhaité rénover tout son système de sécurité incendie sans perturber le travail des 500 professionnels soignants et la guérison des patients.

Détection et mise en sécurité incendie

La division Building Technologies de Siemens et Siemens Financial Services ont remporté le marché pour la migration complète du système incendie du bâtiment du CRRF comprenant le système de détection incendie et le système de mise en sécurité. Siemens a proposé une solution globale, technique et financière, permettant à l’établissement d’avoir un seul interlocuteur pour l’installation, la mise en service et la maintenance des équipements et le financement de cette installation.

Tous les détecteurs incendie ont été remplacés, une centrale SDI Sinteso FC2060 en baie avec plus de 550 têtes de détection Sinteso FDO221 a été installée, ainsi que 11 tableaux reports d’exploitation à textes clairs FT2011 et un CMSI STT20 avec plus de 60 modules électroniques adressables gérant les DAS et les commandes terminaux (DCT), tels que les trappes de désenfumage, les portes coupe-feu et les diffuseurs sonores et lumineux.

Les lieux étaient occupés

Les travaux ayant par ailleurs été réalisés en milieu occupé, pour ne pas gêner les activités des deux sites du Centre, la dépose du matériel existant et la pose du nouveau ont été organisées par phases.

« Au-delà du fait que les équipes Siemens ont été à notre écoute, les interlocuteurs ont montré leur compréhension du besoin. La difficulté ne les a pas arrêtés et la solution de financement a été adaptée en prenant en compte nos contraintes budgétaires », explique Lionel Chauveau, responsable des services économiques et techniques du Normandy.

« Le travail en commun a permis de mieux maîtriser les installations techniques et d’adapter les équipements pour qu’ils soient à la hauteur des exigences du site. Il y a eu un réel échange entre toutes les parties concernées, de l’écoute pour répondre aux attentes du client et lui apporter du sur-mesure, se félicitent Maurice Morel et Bruno de Serna ingénieurs commerciaux chez Siemens, nous sommes très heureux de contribuer, grâce à nos solutions, à la sécurité du personnel et des patients du Centre ».

 

Le spécialiste des solutions hardware et software pour l’analyse d’images vidéo Pryntec, marque du groupe TEB, continue ainsi son extension dans la commercialisation de ses solutions en signant son deuxième distributeur en France. Fort d’un réseau national de près de 3 000 revendeurs et donc de partenaires essentiels pour la marque, Azenn est un acteur de poids, partenaire privilégié de nombreux intégrateurs et installateurs professionnels nationaux et spécialistes régionaux.

Nouveaux marchés

Ce rapprochement va permettre à Pryntec de partir à la conquête de nouveaux marchés comme les datacenters, la logistique ou encore les infrastructures de bâtiments. « Il y a une synergie évidente entre notre expertise et le coeur d’activité d’Azenn qui a permis d’aboutir à ce partenariat. Avec l’IP, la vidéo est devenue un média important dans les infrastructures réseaux et les professionnels de l’IT doivent désormais gérer le réseau vidéo. Face à ce marché dynamique et en forte croissance, nous avons la capacité de répondre aux problématiques de ces spécialistes et développer nos parts de marché sur l’ensemble des projets vidéo », explique Emmanuel Dubois, directeur commercial et marketing de Pryntec. 

Certification Pryntec

Afin de proposer les meilleures solutions de vidéosurveillance et d’analyse de flux, les équipes d’Azenn ont été certifiées Pryntec pour maîtriser l’ensemble des solutions catalogue du groupe et ainsi les valoriser auprès de leurs différents partenaires sur le terrain.

« Nous avons la volonté de placer Pryntec parmi les acteurs qui compte au sein de notre large écosystème d’installateurs, d’intégrateurs et de revendeurs. En étant « Distributor certified » Pryntec, Azenn a également la capacité de valoriser des solutions catalogue agiles, fiables et au savoir-faire technologique reconnu. Pryntec a également à coeur de proposer des solutions pour répondre à tous les besoins, y compris ceux non couverts par la vidéo traditionnelle. C’est une vision que nous partageons », confirme Gaetano Schembri, responsable marketing & communication d’Azenn.

Azenn apportera sa dimension conseil et valorisera les quatre solutions piliers Pryntec : le TUB Camera et la Borne vidéo mobile, d’une part, et les solutions logicielles Digipryn et Prynvision.

Des solutions particulièrement adaptées pour pénétrer des secteurs sur lesquels Azenn était peu présent : a grande distribution et la logistique, la vidéo urbaine, l’intelligence artificielle…

 

Sécurité hotellière. Center Parcs primé


Publié le 6 nov. 2018 11:55:35

 

Pour récompenser sa stratégie sécurité, Center Parcs a reçu deux prix pour son partenariat avec la gendarmerie nationale : « médaille d’or de la Meilleure direction/équipe sûreté » et le « prix du public », lors des derniers Trophées de la Sécurité, qui se sont déroulés le 24 septembre dernier.

En avril 2017, une convention nationale était signée entre Center Parcs France et la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN). En un an, elle s’est déclinée sur les cinq domaines Center Parcs français, Villages Nature Paris et les groupements de gendarmerie départementaux. Basé principalement sur la prévention, l’échange de renseignement et la préparation à la gestion de crise, ce partenariat s’est renforcé par la réalisation d’exercices de sûreté communs et l’obtention du label Sécuri-Site sur quatre domaines Center Parcs (Domaine Center Parcs du Bois aux Daims dans la Vienne, Domaine Center Parcs des Trois-Forêts en Moselle, Domaine Center Parcs des Hauts de Bruyères dans le Loir-et-Cher, Domaine Center Parcs du lac d’Ailette dans l’Aisne). Ces domaines comptent parmi les premiers sites français à recevoir la labellisation Sécuri-Site.

« La sécurité de nos clients est au cœur de nos préoccupations. La labellisation Sécuri-site, délivrée par l’état, est une initiative importante pour rassurer nos clients, en particulier étrangers, et leur démontrer que la prévention des risques est pour nous essentielle. Nous poursuivons aujourd’hui nos actions aux côtés de la Gendarmerie Nationale et avons entrepris la démarche d’obtention de ce label pour nos sites Villages Nature Paris et le Domaine Center Parcs des Bois-Francs », explique Vanessa Diriart, Directrice Générale Center Parcs France.

Le label Securi-Site permet de garantir l’investissement de l’ensemble des acteurs locaux dans la sécurisation renforcée des sites les plus fréquentés. Il est délivré par la préfecture, pour chacun des sites ayant fait l'objet d'une convention de site et sous réserve du respect des dispositions de la convention. La préfecture peut décider de retirer le label si elle estime que la sécurité des touristes susceptibles de fréquenter le site concerné n'est plus strictement assurée conformément à la convention.

 

Usage abusif de la vidéosurveillance ? C’est ce que semble croire la Cnil dont la présidente, le 8 octobre dernier, a mis l’association « 42 » en demeure de mettre en conformité avec la loi Informatique et Libertés son système de vidéosurveillance.

L’association « 42 », de Xavier Neel, est une association à but non lucratif qui, en 2013, a créé l’école « 42 », établissement ayant vocation à former des étudiants dans le domaine de l’informatique. L’école compte environ 800 étudiants inscrits chaque année. En février 2018, la Cnil a procédé à un contrôle dans les locaux de l’école situés à Paris.

Elle a notamment constaté que des caméras filmaient en permanence les espaces de travail des étudiants, les bureaux dédiés au personnel administratif ainsi que des lieux de vie telle que la cafétéria. En outre, les personnes filmées n’étaient pas correctement informées. Par ailleurs, la plupart des images issues de la vidéosurveillance étaient accessibles en temps réel aux étudiants sur le réseau intranet de l’école à partir de leur espace personnel.

La Présidente de la Cnil a donc mis en demeure l’association de redimensionner son système de vidéosurveillance en cessant de filmer en permanence les salles de cours et lieux de vie. Elle rappelle ainsi à l’association que la Cnil considère de manière générale comme excessif tout système de vidéosurveillance plaçant des salariés ou des étudiants sous surveillance constante.

La commission a également rappelé que l’accès aux images issues du dispositif devait être strictement réservé aux personnes habilitées, en raison de leur fonction au sein de l’école. Elle a enfin demandé à l’association de fournir une information complète et immédiate à toute personne susceptible d’être filmée par le dispositif.

Dans un communiqué, la Cnil rappelle que « cette mise en demeure n'est pas une sanction. En effet, aucune suite ne sera donnée à cette procédure si l’association « 42 » se conforme à la loi dans le délai de deux mois qui lui est imparti. Dans ce cas, la clôture de la procédure sera elle aussi rendue publique. Si l’association ne se conforme pas à la mise en demeure, la Présidente saisira la formation restreinte. »