Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités pour les professionnels de la Sûreté et de la Sécurité

 

La Cnil vient de publier un texte assez contraignant sur l’utilisation de la biométrie au travail. Il définit de manière précise les obligations auxquelles devront se plier les employeurs qui veulent recourir à des systèmes biométriques dans le cadre d’une installation de contrôle d’accès.

Ainsi, le règlement type « Biométrie sur les lieux de travail » de la Cnil s’impose à toutes les employeurs et organisations qui souhaitent recourir à des dispositifs de contrôle d’accès biométriques et qui seront, de ce fait, amenés à traiter des données biométriques.

Plusieurs dispositions

Le texte de la Cnil encadre donc l’utilisation de la biométrie pour l’accès aux locaux, aux matériels at autres applications de travail. Il contraint, par ailleurs, l'organisme à justifier le recours à la biométrie, par des considérations spécifiques. D’autre part, les responsables de traitement ont obligation de « analyse d'impact relative à la protection des données ».

Bon à savoir

  • Article 2 : Finalités du traitement

Le recours aux dispositifs biométriques n’est autorisé, dans le champ du présent règlement type, que pour les finalités suivantes :

- le contrôle d’accès aux locaux limitativement identifiés par l'organisme comme devant faire l'objet d'une restriction de circulation ;

- le contrôle d’accès aux appareils et applications informatiques professionnels limitativement identifiés de l'organisme.

  • Article 3 : Justification du recours à un traitement de données biométriques

Le responsable de traitement doit démontrer la nécessité de recourir à un traitement de données biométriques, en indiquant les raisons pour lesquelles le recours à d’autres dispositifs d’identification (badges, mots de passe, etc.) ou mesures organisationnelles et techniques de protection ne permet pas d’atteindre le niveau de sécurité exigé. Cette justification doit :

- détailler le contexte spécifique rendant nécessaire un niveau de protection élevé ;

- détailler les raisons justifiant l’utilisation de la biométrie plutôt qu’une autre technologie ;

- être documentée par le responsable du traitement.

  • Article 4 : Données personnelles collectées et traitées

Dans le cadre du présent règlement type, le dispositif de contrôle d’accès biométrique ne peut comporter que les données à caractère personnel suivantes :

- Données renseignées par l’employeur ou ses préposés (données d’identification) ;

- Données générées par le dispositif (données de journalisation).

  • Article 5 : Données biométriques

Est autorisée, en milieu professionnel, l’authentification biométrique basée sur des caractéristiques morphologiques des personnes concernées. L’authentification biométrique nécessitant un prélèvement biologique (salive, sang, etc.) est proscrite dans le champ du présent règlement. Le choix du ou des types de biométrie (iris, empreinte digitale, réseau veineux de la main, etc.) doit être justifié et documenté par l’employeur, notamment la raison d’utilisation d’une caractéristique biométrique plutôt qu’une autre.

  • Article 6 : Personnes habilitées à traiter les données

Des profils d'habilitation doivent être prévus afin de gérer les accès aux données en tant que de besoin. Les personnes habilitées ne peuvent accéder aux données que dans les limites de leurs attributions. Une revue annuelle des habilitations doit être opérée afin d’assurer que les droits accordés restent bien cohérents avec les personnes habilitées et leurs fonctions.

 

Jeux Olympiques. Lancement d’un appel à projets


Publié le 27 mars 2019 15:17:41

 

La sécurité sera un des enjeux majeurs des Jeux olympiques et paralympiques de Paris se tiendront respectivement du 26 juillet au 11 août et du 28 août au 8 septembre 2024. Dans ce contexte, l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et le Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale (SGDSN) lancent un appel à projet Flash dont l’objectif est de développer les meilleures solutions technologiques pour répondre aux problématiques de sécurité que posent ces évènements d’envergure. Ils constituent également une opportunité pour la filière des industries de sécurité en termes de structuration, de développement de l’innovation et de rayonnement international.

5 domaines de recherche

Avec le Coordinateur national pour la sécurité des Jeux olympiques (CNSJ), le SGDSN a mis en place un groupe de travail sur la définition des besoins prioritaires en matières capacitaires et technologiques dans le cadre des travaux de la filière des industries de sécurité. L’appel à projets Flash JOP24 se concentrera sur les réponses pouvant être apportées, à moyen terme, dans l’un des cinq domaines suivants :

  • alerte et information aux populations,
  • remontée d’alerte par la population,
  • gestion des mouvements de foules,
  • gestion et contrôle des itinéraires (dont voies olympiques),

contrôle et surveillance de zones réservées.

L’objectif de l’appel à projets est de financer des recherches de niveau de maturité technologique intermédiaire (projets débutants à TRL3*). Les projets sélectionnés devront par nature permettre une maturation rapide à échéance car l’ensemble des solutions technologiques déployées lors des Jeux olympiques et paralympiques 2024 devront avoir été éprouvées en conditions réelles à l’occasion d’au moins un des grands évènements politiques ou sportifs qu’accueillera la France avant ces événements. Ils pourront par exemple être déployés lors de la Coupe du monde de Rugby 2023.

Les projets de recherche attendus associeront au moins un organisme de recherche public ou assimilé et au moins une société commerciale, et seront financés sur une durée de 18 mois.

Une partie des technologies susceptibles d’être déployées sur les sites concernés des JO seront fondées sur des solutions innovantes issues d’actions de recherche spécifiques et dédiées impulsées par le dispositif Flash en vue de compléter les technologies et dispositifs existants à ce jour.

Le dispositif Flash (ou appel accéléré) est un instrument de financement de l’ANR activé pour soutenir un besoin urgent de recherches dont la pertinence scientifique est en lien avec un évènement nécessitant une forte réactivité sur des thématiques ciblées. Il correspond à la mise en place d’une procédure accélérée de sélection et de financement.

* Technology Readiness Level.

Qui peut candidater ?

Un projet dans le cadre de cet AAP sera mené par un consortium constitué d’au moins un partenaire

« organismes de recherche publics ou assimilés 1» et d’au moins une « société commerciale »

  • Processus et modalités de dépôt : www.anr.fr
  • Contact : emmanuel.betranhandy@agencerecherche.fr
  • Calendrier et date de limite de dépôt des projets :

- Ouverture de l’AAP : 22 mars 2019

- Ouverture du site de soumission : 22 mars 2019

- Fermeture de la soumission : 22 mai 2019

- Résultats : début juillet

 

Publi Information

Release Version 10 IPS VideoManager et IPS VideoAnalytics


Publié le 27 mars 2019 15:14:00

 

Quoi de neuf ?   

IPS introduit une fonction d'analyse vidéo externe dans son portefeuille en intégrant la reconnaissance des plaques d'immatriculation.  Outre la connexion native des caméras HIKVISION ANPR/LAPI, la connexion générique d'autres ANPR/LAPI via les interfaces SOAP et TCP Host est également possible. 

Grâce à sa technologie innovante 3D, le VideoManager IPS fournit depuis longtemps des fonctionnalités uniques pour réduire la charge de travail du personnel de sécurité.  Les objets d'alarme sont automatiquement suivis par le système sur tout le site et transférés d'une caméra à l'autre si nécessaire.  En cas d'alarme, l'agent de sécurité peut ainsi se concentrer entièrement sur le déclenchement des mesures nécessaires alors que l'objet de l'alarme est toujours conservé sur l'image.  La nouvelle version 10 permet désormais, à l'aide des coordonnées GPS, d'afficher en plus les positions et trajectoires de drones dans le plan du site.

Caméras 360° corrigées de l’effet „oeil de poisson“.   

Pour bien évaluer les images de camera 360°, les enregistrements d'images doivent être corrigés de la distorsion appelée l’effet „oeil de poisson“.  Dans la nouvelle version 10, le VideoManager d‘IPS prend en charge ce traitement d’image pour différents modèles de caméra Axis 360° soit en mode direct soit en mode lecture. Il offre de plus la possibilité de choisir entre quatre vues standard claires ou une vue panoramique composée.

La nouvelle version 10 d‘IPS comprend de nouvelles fonctionnalités dans le domaine de la sécurité informatique.  D’autres mesures ont été également adoptées pour réduire la solicitation du processeur.

Protection de périmètre de haute sécurité et intégration dans les systèmes tiers.

La fameuse analyse IPS Outdoor Detection spécialement conçue pour les environnements hautement sécurisés est maintenant disponible pour l'AnalyticsManager d‘IPS et peut ainsi être intégrée dans des systèmes de gestion vidéo tiers tels que Milestone XProtect.  Avantage? Une protection périmétrique extrêmement fiable pour les prisons, maisons d’arrêts, centrales nucléaires et autres infrastructures critiques.

IPS intelligent Video Analytics, société allemande fondée en 1965, est un éditeur allemand d'analyses vidéo intelligentes de haut de gamme doté d‘une expertise très approfondie dans ce domaine. IPS fait partie du groupe SWISS SECURITAS. 

Pour plus d'informations: www.ips-analytics.com

 

Vidéosurveillance. Schneider va se séparer de Pelco


Publié le 27 mars 2019 15:13:46

 

Le groupe souhaitant vendre sa filiale Pelco, spécialisée, notamment, dans la vidéosurveillance, négocie avec Transom Capital Group, société américaine de capital-investissement. Installé en Californie, Pelco appartient au Français Schneider depuis 2007. La vente de la filiale s’inscrit dans la stratégie de cession du groupe annoncée lors de la publication de ses résultats annuels 2018. Le groupe Schneider Electric souhaite en effet se défaire d’activités non-stratégiques pour se recentrer sur ses activités phares comme la gestion de l’énergie et les automatismes industriels.

Pelco emploie 478 personnes et son chiffre d’affaires s’est élevé à 169 millions d’euros en 2018. Comme le souligne notre confrère Le Monde Informatique, « l'accord de rachat proposé est soumis à la consultation des instances représentatives du personnel concernées, au terme de laquelle l’opération pourrait être finalisée. Cette opération, une fois finalisée, devrait être sans effet sur la trésorerie de Schneider Electric. »

 

MI 2018, le Groupe Société Générale a lancé un appel d’offre pour la vidéoprotection au niveau national de ses 2 200 agences et des 800 agences du Groupe Crédit Du Nord. Après études de plusieurs propositions, le groupe bancaire a choisi de renouveler sa confiance à Cossilys21 qui reste son fournisseur exclusif pour la partie « enregistreurs » et « superviseur ».

Selon Sylvain Proux, responsable du Centre de réception des alarmes (CRA) de la Société Générale, « les solutions Cossilys21 répondent parfaitement aux besoins de notre environnement bancaire […] avec un suivi de bout en bout (étude, fabrication et support), le delivery est assuré sans surprise pour le client. La taille de la structure de Cossilys21, associée à leur méthode de travail, leur permet d’avoir une écoute attentive des besoins clients et une forte réactivité en cas de nécessité. »

Le Groupe Société Générale et Cossilys21 se connaissent bien puisque les deux entreprises travaillent ensemble depuis 2007. Depuis 11 ans, cet accompagnement permet à l’ensemble des acteurs impliqués dans la vidéoprotection du Groupe de maîtriser Hubs ICARE Banque et les outils de supervision et gestion de parc de Cossilys21 dont les solutions sont conçues pour les besoins actuels du monde bancaire et pour intégrer les enjeux futurs de la cybersécurité, de l'intelligence artificielle et d'un service de sécurité vidéo managé dans le cloud (VSaaS).