Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités pour les professionnels de la Sûreté et de la Sécurité

 

Allied Universal, société de sécurité filiale du Français Wendel, et SOS Security viennent d’annoncer leur fusion. Fondée en 1969, la société SOS Security apporte à Allied Universal son savoir-faire en matière de services de sécurité. Elle dispose de bureaux dans cinq pays et emploie 15 000 salariés qui fournissent des services de sécurité, de sûreté, de protection rapprochée, de renseignement et de conseil dans le monde entier. L’an dernier, elle a affecté des agents à plus de 2 000 missions dans plus de 100 pays à travers sa filiale AS Solution.

La fusion entre Allied Universal et SOS Security donne naissance à un prestataire de services qui se différencie dans le secteur mondial de la sécurité par :

  • Un effectif combiné de plus de 230 000 professionnels de la sécurité ;
  • Les capacités de SOS Security sur les marchés internationaux et dans le domaine de l’analyse du renseignement ;
  • Les solutions technologiques de pointe, intégrées et complètes d’Allied Universal ;
  • Une expertise en gestion des risques axée sur le conseil en sécurité, les enquêtes, la protection des personnes et les réactions à adopter face à des menaces, des catastrophes ou des situations d’urgence ;
  • Des services de gestion des mouvements de foule, de recrutement de personnel événementiel et de conseil de haut niveau permettant d’offrir une solution unique pour assurer la sécurité d’un événement ou d’un site.
 

Prévention de la radicalisation. Un guide de l’UCLAT


Publié le 10 déc. 2019 11:34:00

 

Ce guide, intitulé « Guide de prévention de la radicalisation dans la fonction publique. Quels outils statutaires de prévention et d’action ? » a été élaboré avec le concours de la Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, de l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste (UCLAT), de la Direction générale des collectivités locales et de la Direction générale de l’offre de soins. Il vise à rappeler les moyens d’action pouvant être mobilisés par les administrations ainsi que, les procédures à mettre en oeuvre face à des agents signalés comme radicalisés.

L’enjeu est d’assurer la sécurité et de contribuer à prévenir et lutter contre la radicalisation violente, tout en veillant à faire preuve de mesure et de discernement en vue d’éviter toute attitude pouvant conduire, à l’inverse, à des discriminations

> Vous pouvez le télécharger ici

 

Entreprises de sécurité. Anticip acquiert Risk&Co


Publié le 27 nov. 2019 11:52:32

 

Depuis plusieurs mois, le monde des entreprises de services de sécurité et défense est agité par des rachats et rapprochements. Et les Français sont très actifs. Ainsi, en juin dernier, Anticip, un des leaders français de la sécurité et sûreté privée fondée par l'ancien du GIGN, Cyrille Peguilhan, et Richard Terzan, ex-responsable des risques spéciaux de la Sofema, s’alliait à CEIS, cabinet spécialisé dans le conseil en intelligence stratégique. Et on parlait déjà d’une possible acquisition de Risk&Co qui venait de rejeter l’offre d’Amarante.

En ce qui concerne Risk&Co, c’est désormais chose faire puisque Anticip a annoncé à l’occasion du dernier salon Milipol le rachat de Risk&Co.

Au cours du premier semestre 2019, les actionnaires et les dirigeants des deux sociétés avaient entamé des discussions autour d’un rapprochement capitalistique devant permettre l’émergence d’un Groupe à même d’asseoir une position de leadership durable.

Depuis le 18 novembre dernier, le principe et les modalités du rapprochement envisagé, qui verra Anticip acquerir le contrôle direct de Risk&Co SA, ont été arrêtés, d’une part, par Risk&Co Holding et LGT Private Debt, actionnaires de contrôle du groupe Risk&Co et, d’autre part, par Anticip et ses actionnaires, Richard Terzan et Cyrille Péguilhan de Sartoux et Batipart International.

Avec cette opération, le Groupe Risk&Co achève sa transformation, débutée en juillet 2017, sous la présidence de Nathalie Felines. Après s’être recentré sur son coeur de métier (le conseil et l’ingénierie) en cédant des activités non-coeur telles que la vente d’équipements aux Etats, le Groupe Risk&Co a renforcé sa position en redéfinissant, son offre et sa stratégie commerciale en acquérant de nouveaux clients de renom.

Un leader européen

A elles deux, Anticip et Risk&Co comptent d’ores et déjà des filiales en Afrique du Sud, aux Emirats Arabes Unis et au Nigéria, et peuvent s’appuyer sur les solutions technologiques de pointe qui ont fait la renommée d’Anticip, tant dans la conduite des opérations en zones à risques que dans le domaine du travel risk management. Ainsi rapprochées, elles deviennent non seulement le leader d’un marché français en pleine recomposition mais, surtout, elles concrétisent leur ambition de devenir la première Entreprise de services de sécurité et de défense (ESSD) de dimension européenne.

 

Sécurité électronique. Eryma équipe DHL Express


Publié le 27 nov. 2019 11:39:56

 

Eryma s'est vu confié le déploiement du système de sécurisation électronique de la chaîne logistique du site DHL Express International basée à Mandelieu-La-Napoule (Cannes). Ce dernier, d’une superficie de près de 4 000 m2, est le 44ème site DHL Express International équipé d’une solution de protection électronique installée par Eryma.

Eryma a donc mis en place un nouveau système de sécurité reposant sur une solution clés-en-main qui a déjà fait ses preuves sur d'autres sites logistiques DHL Express International. Cette solution de protection électronique permet :

  • La sécurisation globale du site de DHL Express International de Mandelieu-La-Napoule,
  • La vidéosurveillance grâce à 50 caméras interconnectées et managées en intérieur et extérieur,
  • Le contrôle d’accès d'une vingtaine de points particulièrement sensibles via un système de surveillance, interconnecté avec le système vidéo,
  • La protection anti-intrusion monitorée d'une cinquantaine de points, asservie à l’éclairage du site en cas de déclenchement,
  • La télésurveillance 24h/24 avec la levée de doute vidéo instantanée lors d’une remontée d’alarme au centre de gestion,
  • La maintenance des systèmes en état de fonctionnement optimal toute l’année.

Le système permet aussi d’assurer la traçabilité du parcours des colis, et ce de « bout en bout », sur l’ensemble du site jusqu’au camion chargeur. Ce suivi est opéré à partir d’une indexation des codes-barres des colis, et grâce à un suivi vidéo de la totalité de leur parcours dans l’entrepôt.

En parallèle, Eryma a aussi assuré la formation des équipes à la bonne compréhension et utilisation des nouveaux outils implémentés sur le site.

« Eryma est présent sur plus de 80% des plateformes françaises de notre Groupe, explique Jean-Marc Jacquot, responsable sécurité chez DHL Express International. Et chacune de ces missions a été réalisée avec professionnalisme et succès. »

Sur chaque site, Eryma a installé et inter-opéré un nombre conséquent de caméras de dernière génération, des portes de contrôle à lecteur de badges et des points d’intrusion supervisés.

Michaël Bretin, responsable grands comptes chez Eryma, ajoute : « Cette nouvelle réalisation, pour notre client DHL Express International, est la parfaite représentation de notre savoir-faire entre sécurisation d’un site sensible et optimisation des processus logistiques, et ce grâce à notre aptitude à proposer et mettre en place des solutions clés-en-main parfaitement adaptées. »

 

Dans un précédent numéro de PSM*, nous avions évoqué des tests de la reconnaissance faciale pour sécuriser l’accès à deux lycées dans le Sud de la France. Le lycée niçois des Eucalyptus et le lycée Ampère à Marseille attendaient le feu vert de la Cnil pour mettre en place un portique virtuel de contrôle d'accès à leurs établissements par reconnaissance faciale. Nous connaissons désormais la position de la commission… Réunis en séance plénière le 17 octobre, les membres de la Cnil, saisie par la région Paca, ont considéré que ce dispositif concernant des élèves, pour la plupart mineurs, dans le seul but de fluidifier et de sécuriser les accès n’apparaît ni nécessaire, ni proportionné pour atteindre ces finalités.

Pour expliquer sa décision, la Cnil explique qu’elle a « considéré que le dispositif projeté est contraire aux grands principes de proportionnalité et de minimisation des données posés par le RGPD (Règlement général sur la protection des données) » et que « les objectifs de sécurisation et la fluidification des entrées dans ces lycées peuvent être atteints par des moyens bien moins intrusifs en termes de vie privée et de libertés individuelles, comme par exemple un contrôle par badge. »

Des dispositifs intrusifs

Dans sa décision, la commission rappelle aussi « que les traitements de données biométriques sont d’une sensibilité particulière, justifiant une protection renforcée des personnes. Notamment, les dispositifs de reconnaissance faciale sont particulièrement intrusifs et présentent des risques majeurs d’atteinte à la vie privée et aux libertés individuelles des personnes concernées. Ils sont par ailleurs de nature à créer un sentiment de surveillance renforcé. » Avant d’ajouter que « ces risques se trouvent accrus lorsque les dispositifs de reconnaissance faciale sont appliqués à des mineurs, qui font l’objet d’une protection particulière dans les textes nationaux et européens. »

Compte-tenu de ces réserves et du fait de l’existence de moyens alternatifs moins intrusifs, tel qu’un contrôle par badge, la Cnil a considéré que le recours à un dispositif de reconnaissance faciale pour contrôler les accès à un lycée apparaît disproportionné.

* PSM 252, mars-avril 2019.