Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités pour les professionnels de la Sûreté et de la Sécurité

 

On va enfin expérimenter la reconnaissance faciale ! En effet, en collaboration avec la Commission nationale Informatique et Libertés (Cnil), le secrétaire d'État au numérique, Cédric 0, a proposé de créer une instance de supervision et d’évaluation des expérimentations pour la reconnaissance faciale. Cette instance serait composée de membres issus de différentes administrations et régulateurs, sous la supervision de chercheurs et de citoyens.

Annonce qui devrait satisfaire les sociétés travaillant sur la reconnaissance faciale, qui espéraient depuis longtemps le droit à l’expérimentation pour améliorer leurs solutions. Actuellement, selon notre confrère Le Monde, une dizaine d’expérimentations seraient en cours en France.

 

Cela ne surprendra personne : en matière de vidéosurveillance, les Chinois sont les plus surveillés au monde. Mais, ailleurs sur la planète, Australiens, Américains, Emiratis, Indien, Anglais… sont eux aussi filmés constamment. C’est ce que révèle une enquête publiée par le site Comparitech.

Ainsi, si on prend pour base le nombre de caméras pour 1 000 habitants, parmi les 15 premières villes, on ne dénombre pas moins 9 villes de l’Empire du milieu, dont 5 aux 5 premières places. Londres se classe 6ème.

Outre les cités chinoises et Londres, le classement est complété par Atlanta (Georgie, E-U) et Chicago (Illinois, EU), Singapour, Abu Dhabi (Emirats arabes unis) et Sydney (Australie). Les villes du continent européen, hormis Londres, au plus fort taux, sont Berlin et Moscou.

Les deux seules villes françaises du classement réalisé par Comparitech, Paris et Nice font pale figure par rapport aux autres : avec une moyenne de 3,06 caméras pour 1 000 habitants à Paris, et de 2,28 pour Nice.

Comme le précise Comparitech, la Chine devrait disposer de 626 millions de caméras de vidéosurveillance d’ici à 2020.

> Les vingt villes les plus surveillées du monde (nombre de caméras pour mille habitants)

  • Chongqing (Chine) : 2 579 890 caméras pour 15 354 067 habitants, soit 168,03 caméras pour 1 000 hab.
  • Shenzhen (Chine) : 1 929 600 caméras pour 12 128 721 habitants, soit 159,09 caméras pour 1 000 hab.
  • Shanghai (Chine) : 2 985 984 caméras pour 26 317 104 habitants, soit 113,46 caméras pour 1 000 hab.
  • Tianjin (Chine) : 1,244 160 caméras pour 13 396 402 habitants, soit 92,87 caméras pour 1 000 hab.
  • Ji’nan (Chine) : 540 463 caméras pour 7 321 200 habitants, soit 73,82 caméras pour 1 000 hab.
  • Londres (Angleterre) : 627 707 caméras pour 9 176 530 habitants, soit 68,40 caméras pour 1 000 hab.
  • Wuhan (Chine) : 500 000 caméras pour 8 266 273 habitants, soit 60,49 cameras caméras pour 1 000 hab.
  • Guangzhou (Chine) : 684 000 caméras pour 12 967 862 habitants, soit 52,75 caméras pour 1 000 hab.
  • Beijing (Chine) : 800 000 caméras pour 20 035 455 habitants, soit 39,93 caméras pour 1 000 hab.
  • Atlanta (EU) : 7 800 caméras pour 501 178 habitants, soit 15,56 caméras pour 1 000 hab.
  • Singapour : 86 000 caméras pour 5 638 676 habitants, soit 15,25 caméras pour 1 000 hab.
  • Abu Dhabi (Emirats arabes unis) : 20 000 caméras pour 1 452 057 habitants, soit 13,77 caméras pour 1 000 hab.
  • Chicago (Etats-Unis) : 35 000 caméras pour 2 679 044 habitants, soit 13,06 caméras pour 1 000 hab.
  • Urumqi (Chine) : 43 394 caméras pour 3 500 000 habitants, soit 12,40 caméras pour 1 000 hab.
  • Sydney (Australie) : 60,000 caméras pour 4,859,432 habitants, soit 12,35 caméras pour 1 000 hab.
 

Vidéoprotection. Genetec équipe le CSU d’Elancourt


Publié le 16 oct. 2019 09:28:56

 

En 2011, Élancourt a décidé de déployer un système de vidéosurveillance pour renforcer la sécurité dans la ville. Malheureusement, ce système ne fut rapidement plus supporté par son fournisseur et la ville décida alors de se tourner vers une nouvelle interface. Après une veille technologique minutieuse et la visite de plusieurs sites équipés de solutions de Genetec, Elancourt décide en 2014 d'opter pour la plateforme de sécurité unifiée Genetec Security Center et la solution de vidéosurveillance Genetec Omnicast.

Le choix d'une plateforme de sécurité unifiée n'était pas anodin. Élancourt souhaitait en effet à l'avenir pouvoir y centraliser d'autres solutions de surveillance. Son projet d'un Centre de Surveillance Urbain (CSU) hautement innovant et couvrant progressivement l'ensemble des besoins de la ville était né.

Peu à peu, la ville s'équipe de nouvelles solutions Genetec. A Security Center et Omnicast viennent en effet s'ajouter :

  • la solution de contrôle d'accès Genetec Synergis, venue remplacer l'ancienne solution en place ;
  • la solution de reconnaissance automatique des plaques d'immatriculation Genetec Autovu, qui permet d'actionner les bornes d'accès à certaines rues de la ville en fonction des voitures qui se présentent ;
  • le module de cartographie Plan Manager de Security Center, qui permet de visualiser sur une carte l'emplacement des agents de la Police Municipale sur le terrain et d'envoyer les équipes les plus proches en cas de besoin ;
  • le module de gestion des communications Sipelia de Security Center qui rend possibles les communications SIP entre les agents du CSU et les dispositifs d'interphonie de la ville.

Voir exactement ce qui se passe

« Grâce à Security Center, toutes les solutions de surveillance sont synchronisées et accessibles depuis la même interface. Par exemple, lorsqu'un incident de contrôle d'accès se produit, comme l'ouverture d'une porte qui devrait rester fermée, nos agents peuvent afficher sur le même écran les images de la caméra de vidéosurveillance la plus proche et voir ce qu'il se passe exactement », explique André Baudoui, Conseiller municipal délégué à la sécurité d'Élancourt. Avant d’ajouter : « Ce n'est pas de la technologie pour la technologie. Security Center apporte une bien meilleure connaissance des situations à nos agents et améliore la sécurité. Les résultats sont là pour le prouver : depuis que nous utilisons Security Center, nous avons constaté une baisse de -30 % de la délinquance sur la commune. »

Les Jeux Olympiques Paris 2024 en ligne de mire

La Colline d'Elancourt accueillera en 2024 les compétitions de VTT des Jeux Olympiques de Paris. Beaucoup de questions sont encore en suspens, notamment qui devra assurer la sécurité du site olympique et des bâtiments qui seront construits pour l'occasion. Si la tâche lui incombe, la ville d'Elancourt sera prête.

« Nous n'en serons pas à notre coup d'essai, précise André Baudoui. Dans le cadre de la Ryder Cup, une compétition de golf qui s'est déroulée à Saint-Quentin-en-Yvelines en 2018, nous avons mis en place une collaboration avec la Police Nationale qui disposait d'un retour caméra sur nos équipements de vidéosurveillance, et avec la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) qui depuis peut directement prendre la main, au besoin, sur nos caméras. Tout cela a été rendu facilement possible grâce à Security Center. »

Gestion des alarmes en phase de test

En attendant, Élancourt poursuit le développement de son CSU du futur, notamment via l'intégration de nouvelles solutions à la plateforme unifiée Security Center. Ainsi, l'Ecole de Musique de la ville sert aujourd'hui de bâtiment test, pour valider les technologies de gestion de l'éclairage et de gestion des alarmes, avant de les déployer au reste des bâtiments municipaux.

« La ville a beaucoup à gagner avec de telles solutions. En dehors des horaires d'ouverture d'un bâtiment, une lumière restée allumée a un coût, une alarme qui n'a pas été activée représente un risque. L'unification dans Security Center nous permet d'être alertés de ce type d'événement, d'y associer des données de contrôle d'accès ou des images de vidéosurveillance, et de pouvoir ainsi vérifier sans sortir du CSU si des personnes sont encore présentes dans les locaux », conclut le conseiller municipal.

 

Onet Sécurité et Azur Drones ont profité du salon APS pour signer un partenariat selon lequel Onet Sécurité pourra bénéficier des dernières technologies déployées par Azur Drones, notamment dans la protection de sites sensibles (industriels, militaires …).

« La concurrence exacerbée sur le segment de la surveillance humaine nous amène à réfléchir à un nouveau modèle économique. Un positionnement qui rapproche Homme et Technologie pour augmenter le niveau de sûreté chez nos clients. L’objectif : une parfaite maîtrise budgétaire et un recentrage de nos équipes de surveillance sur la prise de décision », indique Pascal Pech, directeur général d’Onet Sécurité.

Avec son système Skeyetech, Azur Drones a l’autorisation générique de la DGAC pour effectuer des vols hors vue et sans télépilote (vols de jour comme de nuit sur des sites privés sous contrôle d’accès). Une spécificité qui permet à tout agent d’Onet Sécurité de déployer une surveillance aérienne en pilotant une caméra mobile, visible et thermique. Ce dispositif autonome améliore véritablement la réponse opérationnelle.

Association humain/machine

Azur Drones a, de son côté, souhaité capitaliser sur un intégrateur de solutions globales pour associer son système drone aux dispositifs humains. Avec ce partenariat, Azur Drones et Onet Sécurité prennent un virage technologique inédit pour s’adapter aux nouvelles menaces. « Nous sommes très fiers du partenariat conclu avec Onet Sécurité. Le drone Skeyetech a été conçu pour optimiser les systèmes de sécurité existants, en s’y intégrant très facilement. En nous associant avec Onet Sécurité, nous poursuivons cette logique d’intégration : fournir à nos clients finaux une solution de surveillance clé en main, basée sur la complémentarité homme machine », insiste Nicolas Billecocq, directeur général d’Azur Drones.

 

Publi Information

TGO : Le spécialiste français des obstacles de contrôle d’accès


Publié le 16 oct. 2019 09:23:00

 

PME française devenue depuis sa création en 1979 le spécialiste des accès de sites sensibles, TGO accompagne ses clients de la conception à la livraison de leurs projets en France et à l’étranger.

Précurseur dans la fabrication des portails rapides et ultrarapides au début des années 90, sa grande expertise est une garantie de pérennité.

La gamme d’obstacles extérieurs, fabriqués majoritairement en France, comporte, outre les portails de contrôle d’accès, des tourniquets, des portillons PMR motorisés, des portiques de sélection de trafic, des barrières levantes et des obstacles escamotables répondant aux normes PAS 68.

Conçue en partenariat avec un bureau de design afin de combiner sécurité, efficacité et valorisation des accès, la gamme de fabrications utilise des matériaux nobles (Aluminium, Inox qualité marine, etc …).

TGO compte parmi ses client les plus grandes administrations, les grands noms de l’industrie, de la distribution et de la logistique, avec un parc installé de près de 5000 matériels à travers la France et le monde.

Les équipes techniques de TGO sont présentes sur le terrain pour l’installation ou en assistance technique à distance et disposent des habilitations nécessaires afin de pouvoir intervenir sur les sites Seveso.