Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités pour les professionnels de la Sûreté et de la Sécurité

 

Depuis 2014, le MBA spécialisé « Management de la sécurité » permet aux cadres de la sécurité de se former aux enjeux et missions du manager sécurité. « Avec ce MBA, la Gendarmerie nationale souhaitait – et elle était précurseur en la matière – mettre en relation des cadres du public et du privé pour parler de sûreté. Une démarche vraiment en avance, à une époque où on ne parlait pas encore de continuum sécurité, souligne le chef d'escadron Olivier Anceau, chef du département MBAsp. Tous les ans, ce MBA accueille un tiers d’auditeurs issus de la gendarmerie et deux tiers d’auditeurs externes venus du secteur public (des officiers d’autres armées, des fonctionnaires d’administrations centrales, des cadres d’entreprises publiques) ou du secteur privé. »

Ouvert à des cadres pouvant justifier d’un niveau d’études équivalent à bac +5 et de cinq ans d’expérience professionnelle, le MBA accueille tous les ans entre 30 et 40 personnes sur le site de l'École militaire à Paris. « Au cours de cette formation, les auditeurs bénéficient d’enseignements universitaires de haut niveau, de conférences thématiques et de voyages d'étude, complétés par la rédaction puis la soutenance d’un mémoire pro », poursuit le commandant Anceau.

Formation certifiée

Le MBA est certifié titre 7 CNCP et Datadock. « Cette formation en part-time est exigeante et demande un investissement personnel important. Nous faisons d’ailleurs passer un entretien préalable aux candidats pour nous assurer de leur motivation et de la possibilité pour eux de s'investir jusqu'au bout du cursus, ajoute Olivier Anceau. De septembre à janvier, ils devront assister à la partie académique et de janvier à juin suivre les formations spécifiques. Et ce, à raison d'une à deux semaines par mois. »

Bénéficiant de prestigieux partenariats (Paris II, HEC, le Cnam, le CDSE, Asis International, l’Agora des directeurs sécurité, IESAS, Airbus Helicopter, Renault, la Marine nationale, le MTES, etc.) le MBAsp s'adresse au haut encadrement de la sûreté dans les entreprises et les organisations.

 

Sécurité. Au coeur de la campagne des municipales


Publié le 8 janv. 2020 16:44:00

 

La sécurité sera au coeur de la campagne de prochaines municipales. En effet, les Français expriment une réelle attente sur le sujet. C’est ce que confirme une récente enquête Odoxa- CGI France Info, D’une manière, les personnes sondées plébiscitent l’action de leurs maires et se montrent favorables à certaines mesures. En tête, le fait de permettre aux polices municipales d’intervenir dans les parties communes des immeubles (88 % des sondés).

Autre constat : les mesures visant à renforcer les moyens sécuritaires matériels et humains (dont certaines existent déjà dans plusieurs communes) remportent un franc succès.

Ainsi, deux autres mesures sont citées par au moins huit sondés sur dix :

  • La mise en place de patrouilles d’agents en civil pour lutter contre les flagrants délits et faire de la prévention (souhaitée par 85 %) ;
  • L’augmentation du nombre de caméras de vidéosurveillance (80 %).

Enfin, d’autres, dans 72 % des cas, souhaitent la création d’une application pour smartphone de signalement des incivilités du quotidien (voitures mal garées, dépôts sauvages, etc.).

 

Vidéosurveillance. 40 % des caméras ont un risque cyber


Publié le 10 déc. 2019 11:43:56

 

Une étude, réalisée par Genetec, révèle que près de 4 caméras de vidéosurveillance sur 10 présentent un risque de cybersécurité dû à un micrologiciel obsolète. Cette étude montre, par ailleurs, que jusqu'à 68,4 % des caméras de sécurité d'une entreprise, soit près de 7 sur 10, n'ont ainsi pas été mises à jour avec la dernière version disponible de leur micrologiciel.

Lorsqu'on déploie la dernière version d'un micrologiciel, ce n'est pas seulement pour pouvoir profiter de nouvelles fonctionnalités intéressantes, mais également pour bénéficier, dès leur disponibilité, des dernières mesures de protection en matière de cybersécurité - une étape cruciale pour assurer la résilience d'une entreprise face aux cyberattaques.

Des vulnérabilités de cybersécurité connues

« Nos données indiquent que plus de la moitié des caméras dotées d'un micrologiciel obsolète (53,9 %) présentent des vulnérabilités de cybersécurité connues. En extrapolant à un réseau de sécurité moyen, cela signifie que près de 4 caméras sur 10 sont vulnérables à une cyberattaque », déclare Mathieu Chevalier, Lead Security Architect chez Genetec .

Toujours selon Genetec, près d'une entreprise sur quatre (23 %) n'utilise pas de mots de passe uniques sur ses caméras de sécurité, mais le même mot de passe pour toutes les caméras d'un même fabricant. Il suffit d'une seule caméra compromise pour offrir un point d'accès facile aux pirates informatique.

Jusqu'à récemment, les caméras IP étaient livrées avec des paramètres de sécurité par défaut, y compris au niveau des informations de connexion administrateur, par ailleurs souvent accessibles au public sur les sites Web des fabricants. La plupart des fabricants de caméras demandent désormais aux utilisateurs de définir de nouveaux mots de passe et identifiants administrateur lors de l'installation. Mais les entreprises, les villes et les institutions gouvernementales disposant d'équipements plus anciens n'ont bien souvent jamais mis à jour leurs mots de passe, compromettant potentiellement les autres données et systèmes critiques qui se trouvent sur leur réseau.

Une seule caméra suffit…

« Notre étude montre que, malheureusement, l'approche informatique qui consiste à "configurer et oublier" reste répandue, mettant en danger la sécurité de toute une entreprise et la vie privée des individus », ajoute Mathieu Chevalier, avant de conclure : « Il suffit d'une seule caméra avec un micrologiciel obsolète ou un mot de passe par défaut pour créer une faille dans laquelle un attaquant peut s'engouffrer et compromettre l'ensemble du réseau. Il est essentiel que les entreprises soient aussi proactives dans la mise à jour de leurs systèmes de sécurité physique que dans celle de leurs réseaux informatiques. »

 

Incendie. Chantier record pour Spie


Publié le 10 déc. 2019 11:42:38

 

Spie a mené à bien l'implantation d'un dispositif d'extinction d'incendie à mousse chaude dans un entrepôt de près de 70 000 mètres cubes de la société Parys, fabricant et distributeur de produits d'entretien automobile. Il s'agit actuellement du plus grand dispositif d'extinction d'incendie à mousse légère en Pologne et d'un des plus volumineux et modernes d'Europe.

Trois minutes pour éteindre un incendie

Comme Parys stocke de nombreuses substances inflammables dans l'entrepôt de son client, Spie a opté pour la mise en place d'un dispositif d'extinction à mousse légère et chaude permanent. Les capteurs du dispositif peuvent détecter un incendie en une fraction de seconde et activer ainsi le dispositif dans la foulée. « Cela signifie qu'un début d'incendie peut être combattu à la vitesse de l'éclair. Trois minutes seulement après la détection de l'incendie, toute la pièce se remplit de mousse, bloquant ainsi l'approvisionnement en oxygène des flammes, que l'incendie ait débuté au sol ou sur les rayonnages, explique Micha Turek, chef de la division Ventes et systèmes de protection incendie de Spie en Pologne. Dans la plupart des cas, il n'est même pas nécessaire d'appeler les pompiers. »

La rapidité du dispositif permet d'obtenir un système de pompage extrêmement puissant équipé de trois pompes à moteur diesel prêtes à déverser plus de 40 000 litres de substance d'extinction par minute. En comparaison, jusqu'à présent, un dispositif de taille normale ne pouvait rejeter qu'environ 7 000 litres par minute.

Mousse assurée, même par fortes chaleurs

Depuis des années, la mousse légère constitue la technique d'extinction standard pour les sapeurs-pompiers et dans de nombreux secteurs industriels, y compris l'industrie chimique et pétrochimique. L'innovation technologique de SPIE repose sur l'utilisation d'un dispositif qui, en cas d'incendie, peut également produire de la mousse légère à partir de gaz de combustion chauds d'une température supérieure à 800 °C. Un paramètre qui peut jouer un grand rôle lors d'incendies d'origine liquide. Le développement dynamique des gaz émis entraîne une élévation brusque et rapide de la température et ainsi la production massive de fumée, qui à son tour, mélangée à l'air du hangar, est utilisée pour la production de mousse. « Nous avons pu mettre en œuvre ce système grâce à de nombreuses années d'expérience, tant en Pologne que sur les marchés internationaux, et à la grande expertise de nos collaborateurs hautement qualifiés, conclut Michael Turek. Un système d'une telle taille est une première en Pologne. La taille des dispositifs d'extinction à mousse légère du marché est généralement deux fois inférieure tout au plus. »

 

Sécurité électronique. Securitas reprend Cezzam


Publié le 10 déc. 2019 11:41:38

 

Le spécialiste de la sécurité électronique Securitas a repris trois fonds de commerce de Cezzam, incluant des activités d’installation, de maintenance et de SAV de systèmes de sécurité électronique. Les fonds de commerce Cezzam  concernés par cette acquisition comptent 36 collaborateurs, et ont réalisé un chiffre d’affaires de 5,7 millions d’euros à fin juin 2019.

« Cette acquisition a pour objectif de renforcer les équipes techniques, commerciales et administratives de la région Nord-Est de Securitas Technologies, sur un périmètre couvrant Paris, la Normandie et la Picardie. Notre ambition est de continuer à progresser dans nos savoir-faire techniques », explique Gilles Bonnefoy, directeur Securitas Technologies France .