Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

L'analogique résiste


Publié le 15 juin 2015 18:06:00

 

A l’occasion du salon IfsecIfsec Global a publié un livre blanc sur les tendances en vidéosurveillance au Royaume-Uni et dans le monde. Les auteurs de l'étude « Vidéosurveillance : tendances du marché et attentes» concluent de leur enquête qu l'analogique fait de la résistance. 

Selon eux, « la vidéosurveillance a connu trois changements de paradigmes majeurs durant les deux dernières décennies : la migration de l'analogique vers l'IP, un immense bond en avant dans la qualité d'image et la latence et, plus récemment, un changement dans la façon dont les caméras de surveillance sont même utilisées ». Les auteurs de l'étude ont demandé aux professionnels du secteur s'ils utilisaient encore des caméras analogiques. Une majorité d'entre eux, 58 %, la réponse est positive. Par contre les entreprises sont de plus en plus nombreuses à se laisser séduire par les possibilités de la haute définition : 65% des personnes interrogées avaient des caméras HD.
Chose plus inquiétante. L'enquête révèle de réels manquements en matière de maintenance. « La caméra n'est pas cassée, pourquoi la maintenir ? » Cette attitude s'est sensiblement développée depuis la crise économique et financière qui a démarré en 2008. Pourtant, 20 % des répondants déclarent craindre que le fabricant de vidéosurveillance ne disparaisse et mettent ainsi un coup d'arrêt au support des logiciels associés. On comprend pourquoi à peine 36 % des répondants s'équipent auprès d'un seul fournisseur pour l'intégralité de leur système.
Une technologie a particulièrement le vent en poupe : l'analyse des données de vidéosurveillance. Cet intérêt s'explique par le fait que les utilisateurs espèrent ainsi pouvoir réduire les coûts de personnel et ationaliser les opérations de sécurité. Du coup, les plates-formes de logiciels analytiques ont un énorme potentiel dans de nombreux secteurs. Notamment le commerce de détail et le suivi du comportement des clients. Pas étonnant que déjà 18% des répondants affirment avoir un système analytique.

 

Partager l'article