Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

SÉCURITÉ DES ENTREPRISES. Les directions sécurité gagnent en visibilité !


Publié le 10 mars 2021 10:40:51

 

Rémunération, référentiel métiers, démographie des cadres de la filière sécurité-sûreté corporate, niveau d’études, positionnement dans l’entreprise… les résultats de la dernière étude du CDSE sur les métiers de la sécurité-sûreté corporate (SSC) en entreprises sont riches d’enseignements « Cette étude, résultat d’un très gros travail, nous apprend beaucoup de choses sur les réalités que recouvrent aujourd’hui les directions sûreté dans les entreprises, souligne Fabienne Louvet (notre photo), présidente de la commission carrière emploi formation du CDSE (Club des directeurs de sécurité des entreprises). Ainsi, la fonction sécurité et sûreté corporate (dont la mission est la protection des personnes, des biens matériels et immatériels de l’entreprise) a connu, ces dernières années, un essor considérable. Elle existe maintenant dans la grande majorité des entreprises. Cependant, cette existence recouvre des réalités différentes d’une entreprise à l’autre, d’une organisation à l’autre. Il n’existe pas de direction SSC type. »

Une filière métier qui s’est structurée

La direction SSC a enfin trouvé sa place dans les entreprises. Elle est, dans 74 % des cas, rattachée à la direction générale ou au secrétariat général. Il apparaît également que les métiers et compétences des membres de cette direction se sont structurés et ont gagné en cohérence. À tel point que l’étude du CDSE fait apparaître un vrai référentiel des métiers de la SSC, métiers répartis en douze fonctions. « L’élaboration de ce référentiel est un des grands apports de cette étude, insiste Fabienne Louvet. Il fait apparaître une cartographie à plusieurs niveaux de ces métiers avec des postes, missions et apports différents à la fonction SSC. » Les niveaux évoqués par la représentante du CDSE sont les suivants : un niveau gouvernance pilotage, un niveau expertise conseil déploiement, un niveau veille analyse et suivi. Et un niveau opérationnel au niveau des entités (filiales, pays, régions, etc., partie intégrante du modèle SSC).

Des métiers attractifs

Par ailleurs, ces professions se caractérisent par des niveaux de rémunération attractifs, globalement 4 % au-dessus du marché toutes filières de métiers, et 15 % pour les directeurs*. En outre, et ce ne sera une surprise pour personne, l’alimentation de la filière provient principalement des institutions et services de l’État (dans 54 % des cas), et l’évolution de carrière s’effectue ensuite au sein de la filière, jusqu’au poste de directeur.

Autre constat : il s’agit de professions à forte dominance masculine. Puisque seulement 17 % des postes sont occupés par des femmes. Un manager de la SCC a en moyenne 49,8 ans, occupe son poste depuis un peu moins de 10 ans (9,7 ans exactement).

D’une manière générale, ces métiers sont occupés par des diplômés de haut niveau. 71 % d’entre eux ont un niveau Master et plus, et 62 % justifient d’un double diplôme.

> 3 questions à Fabienne Louvet, présidente de la commission carrière emploi formation du CDSE.

  • Quels sont les enseignements à retenir de cette étude du CDSE ?

La fonction SSC a gagné en visibilité dans les entreprises et organisations. Les crises que nous avons traversées ces dernières années y ont participé. Ne serait-ce que la crise sanitaire qui a été l’occasion, pour un certain nombre de directions générales, de prendre conscience qu’elles avaient à leur disposition des professionnels de la gestion de crise. Cette étude montre que malgré ce gain en visibilité les directions sûreté corporate ne sont pas toutes logées à la même enseigne. Et leur positionnement, leur influence varieront selon la posture que la DG prendra sur le sujet de la sûreté-sécurité. Notamment en trouvant le juste équilibre entre la direction SSC, dont le rôle est de piloter la sécurité globale de l’entreprise et d’accompagner sa direction générale en business partner, et les directions sécurité-sûreté d’entités (régions, pays, sites), relais opérationnels au niveau local de la direction sécurité-sûreté corporate. Cette étude révèle aussi l’attractivité de cette filière – avec des rémunérations plutôt supérieures à la moyenne – qui est aujourd’hui perçue comme une fonction stratégique, au coeur des enjeux de l’entreprise, et assez proche de sa gouvernance. Les entreprises ont compris que la sûreté était un avantage concurrentiel ou participait même, dans certains cas, à l’image de l’entreprise. À l’instar du tourisme, de l’hôtellerie ou de l’agroalimentaire.

  • Que dire de la place des femmes dans ces métiers encore à très forte majorité masculine ? […]
  • Retrouvez l’intégralité de cet entretien dans PSM 264 (mars-avril 2021).

* Marché toutes filières de métiers, à grading équivalent.

 

Partager l'article