Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Vidéosurveillance. Vitaprotech maintient ses objectifs pour 2024


Publié le 17 nov. 2020 22:13:20

 

Fin septembre, le groupe Vitaprotech, spécialiste des solutions de sécurité, annonçait le rachat du Français Recas. Acquisition qui venait s’ajouter aux précédentes opérations de croissance externe qui ont vu le groupe dirigé par Éric Thord (notre photo) reprendre ARD, TDSi et Vauban Systems.

• PSM : Quelles sont les raisons qui ont présidé au rachat de Recas par le groupe Vitaprotech ?
Eric Thord : Nous avons la volonté de nous développer sur le marché de la vidéosurveillance dans le cloud et de constituer, au sein du groupe, un pôle dédié à ce type de solutions. Recas répond pleinement à cette ambition : positionner le groupe Vitaprotech comme un offreur de technologies Full Web afin de proposer des services de sécurité dans le cloud. Dans nos métiers, on a de plus en plus recours à de l’IA, à de l’analyse vidéo appliquée à la reconnaissance faciale ou d’objets… Et, sur ce type de technologies, Recas peut faire valoir un réel savoir-faire puisqu’il propose des solutions très avancées d’analyse en temps réel ou d’élucidation. Vitaprotech est organisé autour de deux pôles : PIDS (Perimeter Intrusion Detection Systems) et Access. Les nouvelles technologies de Recas ne sont pas utilisées que dans la vidéosurveillance. Elles sont de plus en plus présentes dans le contrôle d’accès et l’intrusion. Et nous croyons fermement, chez Vitaprotech, que le Deep Learning sera un bon levier pour lancer de nouvelles offres dans nos métiers de la sécurité.

• PSM : Le marché de la vidéosurveillance est très concurrentiel. Quelle est la bonne stratégie pour y entrer ?
Eric Thord : On ne peut plus aujourd’hui approcher les métiers de la vidéosurveillance par le biais des matériels, le hardware. Il est trusté par des géants chinois avec lesquels on ne peut pas lutter, ne serait-ce qu’en matière tarifaire. Le meilleur moyen est, selon nous, de concevoir une sécurité assistée par la vidéosurveillance « as a service » et donc de développer une offre de services, d’outils à forte valeur ajoutée. L’enjeu de la vidéosurveillance ne se situe pas au niveau des caméras, mais au niveau de l’écosystème sécurité dans lequel s’inscrit la caméra. Tout l’enjeu, grâce à l’IA par exemple, est de développer une solution qui permettra d’unifier les différents métiers de l’écosystème de la sécurité : contrôle d’accès, intrusion, détection, vidéo… via une plateforme unifiée, assez similaire à un VMS ou un hyperviseur. C’est ce vers quoi nous voulons tendre et l’acquisition de Recas devrait nous y aider.

• PSM : Il y a environ un an, lors d’un précédent entretien, Vitaprotech affichait de fortes ambitions, notamment en matière de croissance du chiffre d’affaires du groupe. Sont-elles toujours d’actualité ?
Eric Thord : Nous voulons toujours atteindre un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros en 2024. C’est d’autant plus envisageable que malgré la crise du Coronavirus, qui a certes, et comme pour beaucoup, provoqué un fléchissement de notre activité, nous avons très vite renoué avec des résultats similaires à ceux de 2019 pour les mois de septembre et d’octobre. Outre cet aspect financier de la crise, nous avons aussi su accompagner nos partenaires – fournisseurs et intégrateurs – pour les aider à franchir le cap en leur accordant certaines facilités en matière de paiement et faisant nous-mêmes des efforts pour payer le plus vite possible nos fournisseurs afin de ne pas les fragiliser encore plus.

 

Partager l'article