Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Sécurité physique : Crash test réussi pour la Barrière Automatique


Publié le 10 juil. 2018 10:19:00

 

La Barrière Automatique, leader français de la sécurité physique et de la protection des sites par barrières et tourniquets, a obtenu la certification de sa borne rétractable haute sécurité LBA 30 au cours d’un crash test organisé le 14 juin dernier. Lors de ce crash test, un camion de 7,5 tonnes lancé à une allure de 80km/h est venu percuter la borne. Celle-ci a pu arrêter le camion et a résisté à l’impact, lui permettant ainsi d’obtenir la certification la plus élevée, la norme IWA 14-1 : 2013.

Principalement connue pour la fabrication de barrières de parkings et d’autoroutes à dégondage-regondage automatique, La Barrière Automatique a entrepris une démarche de diversification avec la conception et la fabrication d’obstacles de sécurité. Le rachat de l’activité de la société MBPS spécialisée dans les produits anti-franchissements, lui a permis d’acquérir un savoir-faire dans le domaine des obstacles anti-intrusion de type roadblockers, bornes fixes et mobiles. « Pour cette nouvelle activité, nous avons décidé de nous positionner avec des produits haute-performance en nous plaçant sur la protection anti-attentat, explique Jean-Marc Sanchis, directeur du département Haute Sécurité de l’entreprise. Nous sommes désormais prêts à répondre à des demandes en provenance de sites hautement sensibles ayant des besoins accrus de sécurité. » Outre cette borne, l’entreprise propose des bornes fixes anti-intrusion recouvertes de K-life un matériau dépolluant qui peut être sculpté pour rendre le dispositif de sécurité plus convivial.

La Barrière Automatique créée en 1984, vient d’inaugurer ses nouveaux bâtiments à Limonest, soit 4000 m2 d’atelier, qui lui permettront de passer d’une production de 7000 barrières par an à 12 000. Déjà présente dans plus 25 pays, l’entreprise entend renforcer son développement international, aussi bien sur les barrières que sur les obstacles. L’entreprise, qui devrait clôturer l’année avec un chiffre d’affaires de 20 millions, s’est fixée un objectif de 25 millions d’euros pour 2020, dont 50 % à l’export.

 

Partager l'article