Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Industrie de la sécurité 

Naissance de Frenchshield, cluster français de la sûreté


Publié le 5 févr. 2018 15:09:00

 

Le cluster national Frenchshield regroupe une quarantaine d’entreprises nationales, reconnues pour leur savoir-faire dans chacun des domaines de la sûreté : audit/conseil/ingénierie, sécurité humaine, sûreté électronique, protection mécanique anti-intrusion, cybersécurité. Ensemble, les 40 entreprises qui ont rejoint le Frenchshield - créé à l’initiative de quatre dirigeants de sociétés françaises (Affinis), KomancheOverall Security et Groupe SP2représentent un chiffre d’affaires de plus de 60 Millions d’euros.

Sa vocation est de créer un véritable pool d’expertises afin de proposer des dispositifs globaux de sûreté, performants et à forte valeur ajoutée. Grâce à cette offre complète et intégrée, le cluster permet donc de couvrir l’ensemble des besoins liés à la sécurisation des entreprises et des sites.

Les entreprises membres ont été sélectionnées pour leur savoir-faire spécifique et reconnu en matière de sûreté et leur capacité à proposer des technologies différenciantes, à la pointe de l’innovation.

Faire rayonner l’expertise française en matière de sûreté
Son objectif est aussi d’apporter des solutions de sécurité françaises aux entreprises françaises, garantissant ainsi une sorte de « logique de souveraineté nationale » en matière de sûreté. En effet, les sociétés de sûreté françaises disposent d’une réelle expertise, au travers des compétences d’hommes de terrain expérimentés ou par le développement de technologies à forte valeur ajoutée. Cette expertise n’est malheureusement pas suffisamment visible, comprise et reconnue à l’heure actuelle. La France se positionne ainsi au 3ème rang mondial en matière d’ingénierie sûreté, mais arrive uniquement à la 27ème place dans la capacité à déployer ces innovations technologiques.

Ce premier cluster national de la sûreté a donc pour ambition de faire rayonner l’excellence française en matière de sûreté et de valoriser les innovations technologiques à l’échelle nationale et internationale. En participant, par exemple, à plusieurs événements et salons internationaux en 2018.