Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Vidéosurveillance

Konica Minolta affiche ses ambitions


Publié le 2 mai 2018 10:33:00

 

En 2016, le géant japonais des solutions d’impression et de gestion documentaire investissait lourdement dans la société allemande Mobotix (65 % des actions), faisant ainsi un premier pas sur le marché de la sûreté sécurité. Mais Konica Minolta ne souhaite pas en rester là.

« Le coeur du métier de Konica Minolta reste centré sur les solutions d’impression, le groupe compte bien se développer sur des marchés connexes comme la sécurité, confie David Attal, responsable développement des ventes chez Konica Minolta France, à PSM. En effet, contrairement à ce que certains peuvent croire, il existe des synergies évidentes entre Konica Minolta et Mobotix. Le traitement de l’image à travers l’exploitation des données vidéo ou data, tout d’abord. Mais pas uniquement. » En effet, les deux sociétés ont un objectif commun : la sécurité. La protection des biens et des personnes pour Mobotix, la sécurité des données pour Konica Minolta. La combinaison des deux assurant la cohérence de l’offre sûreté Konica Minolta, notamment contre les cyberattaques ou les exigences légales telles que le RGPD.
L’innovation fait aussi partie de l’ADN de ces deux entités qui continuent leur développement technologique en commun dorénavant. Konica Minolta venant même d’annoncer officiellement plus de 1 million d’euros d’investissement pour la R&D de Mobotix.

Offre décentralisée, caméra intelligente
Konica Minolta France, c’est aujourd’hui 1 800 personnes, 30 agences et 517 millions d’euros de chiffre d’affaires. « Nous disposons, sur le territoire français, d’une force commerciale de 350 vendeurs qui nous permet de commercialiser l’offre Mobotix auprès des DSI – interlocuteurs réguliers de Konica Minolta – et qui sont de plus en plus consultés dans les appels d’offres de vidéosurveillance. La solution entièrement décentralisée de Mobotix ne requiert pas l’utilisation de serveurs ou l’achat de licences pour les caméras, ni même pour l’achat d’un VMS. L’analyse d’images est en effet gérée par la caméra via une interface gratuite contrairement à la concurrences », ajoute David Attal.

Konica Minolta entend bien profiter de l’opportunité qui voit le paysage de la sécurité en France se redessiner pour tirer son épingle du jeu. « Dans un avenir proche, nous ambitionnons de devenir un acteur majeur du marché de la sécurité-sûreté, capable de proposer une offre sécurisée, évolutive et globale à nos clients », ajoute David Attal. Avant de conclure : « Le rachat de Mobotix n’était que la première phase d’une stratégie qui, à terme, doit permettre à Konica Minolta de proposer une offre cohérente de sécurité, ne se limitant pas à la vidéosurveillance. Nous présentons d’ailleurs déjà des offres sur le contrôle d’accès et l’alarme intrusion pour répondre aux besoins de nos clients grands comptes qui recherchent un prestataire unique. »